Marathon du Cap Ferret pour les Paccap

petit icone fleche Le 23 octobre dernier, 6 membres de l'association Paccap s'étaient inscrits pour participer au "Marathon des Villages" qui n'est autre que le Marathon du Cap Ferret, cette jolie presqu'île autour du bassin d'Arcachon. L'occasion de faire parler de Fournes et de son célèbre maillot noir en Aquitaine ! Un marathon plus exigeant que ce que son tracé en bord de mer pouvait laisser penser, des paysages à couper le souffle, une organisation familiale loin des grandes "industries" du marathon, et bien entendu des moments de grande convivialité autour de la course à pied... L'occasion ensuite de découvrir la région, avec les familles qui avaient fait le déplacement : Cap Ferret, dune du Pyla....
Si vous aussi souhaitez démarrer ou reprendre la course à pied, pas besoin d'envisager un marathon, venez rejoindre nos sorties en toute convivialité, le mercredi et le dimanche. Renseignements sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou sur notre facebook "paccap fournes".

cap ferret comp 1cap ferret comp 3cap ferret comp 4cap ferret comp 2

LES FOULEES FOURNOISES - Résultats 2016

Foulées 2016, la confirmation !

La cuvée 2016 proposait quelques changements, nouveau parcours, nouvelle formule le samedi soir, inscription officielle… Cette formule a manifestement ravi les participants aux différents courses (5 & 10 km, enfants, rando…) qui étaient au nombre de 450 ! Ci après le lien pour consulter les classements 5 & 10 km. Très prochainement, les photos de l’organisation seront mises en ligne !

petit icone fleche Résultats des 10 kms
petit icone fleche Résultats des 5 kms

https://www.facebook.com/paccapfournes/

 

Les foulées Fournoises

- Depuis de nombreuses années existe à Fournes la tradition de la « course populaire » le dimanche matin de la ducasse. En 2014, l’association PACCAP (Pratique Amicale et Conviviale de la Course A Pied) a proposé son support pour relancer cette manifestation et l’officialiser quelque peu, tout en lui conservant son caractère familial et convivial. Le décor était posé : mettre en avant la marche et la course à pied et leurs vertus (loisir, santé…) sans tomber dans la compétition extrême, promouvoir notre commune et contribuer à l’animation de la ducasse.

DSC01607

2014 a été une 1ère édition tout à fait intéressante, avec 270 participants toutes épreuves confondues, le cadre était tout trouvé puisque la ducasse 2014 avait marqué l’inauguration de l’Ecole du Clos d’Hespel. Le décor était posé pour préparer la 2ème édition des foulées fournoises qui s’est déroulée le dimanche 20 septembre dernier. 

 

 

... lire la suite

PACCAP

Course à pied
Contact : Emmanuelle CALOONE
Tél : 06.82.22.14.55
Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LES FOULÉES FOURNOISES 2015

DSC01607Depuis de nombreuses années existe à Fournes la tradition de la « course populaire » le dimanche matin de la ducasse. En 2014, l’association PACCAP (Pratique Amicale et Conviviale de la Course A Pied) a proposé son support pour relancer cette manifestation et l’officialiser quelque peu, tout en lui conservant son caractère familial et convivial. Le décor était posé : mettre en avant la marche et la course à pied et leurs vertus (loisir, santé…) sans tomber dans la compétition extrême, promouvoir notre commune et contribuer à l’animation de la ducasse. [...lire la suite]

LES FOULEES FOURNOISES 2019

Ce samedi 14 septembre, très gros succès des Foulées Fournoises organisées par l'association PACCAP au bénéfice de l'association Diabs en Nord. Un temps magnifique, plus de 600 marcheurs et coureurs à travers les champs, l'arboretum et le verger de notre commune ! 

  P1230670 P1230683

 P1230695 P1230710

 P1230713 P1230714

 P1230725 P1230737

 P1230741 P1230743

 P1230751 P1230806

 P1230812 P1230841

 P1230889 P1230894

P1230912

 

Journée des Weppes à l'école du Clos d'Hespel

En cliquant ici, vous pourrez lire le compte rendu fait par les moyenne et grande sections, de cette magnifique journée bien remplie, lors de laquelle l'école a accueilli des enfants d'Englos, Erquinghem, Ennetières et Le Maisnil. Vous pourrez également voir des photos de la journée!

Spectacle, jeux et soleil garantis!

MAITRISE DES HAUTS DE FRANCE - 13-10-2018

Les petis chanteurs de Lambersart nous ont enchantés par la pureté de leur voix lors de leur récital en l'église Notre Dame de la nativité à Fournes le 13 octobre dernier.

maîtrise des Hauts de France SITE

CHOEUR REGIONAL DES HAUTS DE FRANCE - 7-10-2018

Très belle prestation du Choeur Régional ce dimanche après-midi 7 octobre à la salle du Clos d'Hespel.
Accord parfait entre les musiciens virtuoses et la quarantaine de choristes !
L'assistance était sous le charme de cet ensemble très professionnel et de très haute qualité emmené par son directeur Eric Deltour.

Choeur Régional

TRES BEAU CONCERT DU GROUPE BONNE NOUVELLE

Très beau concert le samedi 14 octobre dernier à la salle Octave d'Hespel avec le groupe "Bonne Nouvelle" devant un public nombreux et conquis.

Bonne nouvelles site Bonne Nouvelle 2 site 

Bonne Nouvelle 3 site

DINER SPECTACLE LE 16 SEPTEMBRE A FOURNES

AFFICHE DINER SPECTACLE ConvertImage

ECHECS: DERNIERE RONDE DE LA NATIONALE III JEUNES

Ce dimanche 14 mai se jouera la dernière ronde de la Nationale III Jeunes.
Salle des fêtes Octave d'Hespel à partir de 14 H 00.
Remise des coupes aux trois premières équipes à 16 H 00. 40 enfants au total pour 10 équipes présentes
Dex équipes du Cercle d'Echecs sont engagées.

COURRIER ADRESSE A MR LE PREFET / Gens du voyage

Le conseil municipal

conseil municipalLe conseil municipal est une assemblée qui réunit les conseillers municipaux. Ils sont élus par la population lors des élections municipales. Le nombre de conseillers varie de 9 à 163 en fonction de la population de la commune. Il y a 19 élus à Fournes en Weppes.

À Fournes en Weppes, ville de plus de 2000 habitants, il s'agit d'un scrutin de listes, les électeurs n'ont pas le droit de modifier les listes. Le maire et ses adjoints sont élus parmi les conseillers municipaux par le conseil municipal dans les jours qui suivent les élections municipales. 

  1.  

LES ÉLUS DE FOURNES EN WEPPES:

organigramme élus
 

Le maire de Fournes représente également la commune dans les instances de Lille Métropole Communauté Urbaine.

Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre. Ces séances sont publiques. Chaque compte rendu des délibérations est affiché en mairie.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

fleche titre articles  AUTRES COMMISSIONS OU DÉLÉGATIONS EXTÉRIEURES

Commission administrative du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS); Syndicat Intercommunal d’Electricité de Radinghem; Union Syndicale d'Aménagement Hydraulique du Nord; Mission locale des Weppes.

Commission administrative du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) :

Conseillers : Daniel Herbaut président, Marie Jo Kramarz, Michel Lobbedey, Régine Mahieu, Serge Marotte, Sophie Pertuiset, Marie Pascale Richet, Stéphanie Vlieghe
Non conseillers : René Cottier, Claudine Csunderlik, Martine Laversin, Martine Binaut, Denis Renaux, Marie France Verschueren, Pierre Laversin

Syndicat Intercommunal d’Electricité de Radinghem : Titulaire :  Fabien Coustenoble - Suppléant : Philippe Acquart

Union Syndicale d'Aménagement Hydraulique du Nord Titulaires : Philippe Acquart, Sylvie Vandecasteele - Suppléant : Fabien Coustenoble

Mission locale des Weppes Syndicat Intercommunal pour l’Accueil, l’Orientation et l’Information des personnes privées d’emploi. Titulaire : Gilles Galliano - Suppléant : Régine Mahieu 

TARIFS DES LOCATIONS MUNICIPALES AU 01.01.18

  1. petit icone fleche Taxes funéraires
    1. Concessions de terrains au cimetière communal (tarif au mètre carré)
    2. 30 ans : 80 € pour les Fournois  - 410 €  pour les non Fournois 
    3. 50 ans : 155 € pour les Fournois - 810 € pour les non Fournois 
    4. Colombarium - Case 2 urnes : 
    5. 15 ans : 525 € pour les Fournois - 860 € pour les non Fournois 
    6. 20 ans : 825 € pour les Fournois - 1 300 € pour les non Fournois 
  2. petit icone fleche Prêt de matériel
    1. 1 table et ses tréteaux : 4.20 € par jour
    2. 1 chaise : 0.60 € par jour 
    3. 1 barrière de voirie : 0.70 € par jour 
      Le podium (uniquement salle Octave d’Hespel) : 75 € pour les Fournois - 250  € pour les non Fournois 
  3. petit icone fleche Garages communaux
    1. Un grand garage :   70 € par mois
      Un petit garage :   61 € par mois

 petit icone fleche Jardins ouvriers
      Jardin situé le long de la RN41 : 10 € l’unité/an - 5 € pour un demi-jardin
      Jardin situé rue Gombert :10 € l’unité/an
      5€ en cas de demande de location d'un 1/2 jardin

petit icone fleche Salle communaleOctave d’Hespel
      Vin d’honneur  325 €  pour les   Fournois  -  580 €   pour les  Non Fournois
      Repas ou soirée 555 € pour les Fournois  -  790 €   pour les  Non Fournois  (du 1/4/2018 au 30/09/2018)   
      870 €  pour les Non Fournois (du 01/01/2018 au 31/01/2018 et du 01/10/2018 au 31/12/2018)
      Journée supplémentaire : 80 € pour les Fournois ; 250 € pour les Non Fournois 
      Réservation ferme dès le versement d’un acompte de 30 % de la somme totale de la location. Solde versé à la remise des clés, avant la date de location.
      Cliquer ici pour imprimer la convention de location

          petit icone fleche  Location de l’annexe 1 de la Mairie de Fournes en Weppes
           120 € par location (jauge fixée à 20 personnes)

           petit icone fleche  Location de la cantine de l’école du Clos d’Hespel
           200 € pour la journée (jauge fixée à 60 personnes)

PERSONNEL DE LA MAIRIE DE FOURNES EN WEPPES


- Anne VAN STAEN : Directrice des services
- Isabelle BOCQUILLION : Responsable Accueil - Etat Civil - Secrétariat
- Angélique TISON : adjointe administrative
- Kevin HENON : Responsable espaces verts - Services techniques
- Roger VAN NIEUWENHUYSE : Responsable maintenance - Services techniques
- David HUETTE : Services techniques
- Marc HUETTE : Services techniques.
- Dominique BIGOT : responsable cantine/Surveillance /Entretien.
- Béatrice DOUEZ : Cantine/Surveillance/Entretien.
- Mireille FACHE : Entretien.
- Thierry VILLAIN : Educateur territorial des activités physiques et sportives.
- Elodie LESPINEUX : ATSEM.
- Anne DEWISME : ATSEM.

PROTECTION VOISINS VIGILANTS

PROTECTION VOISINS VIGILANTSLa commune a mis en place le dispositif "voisins vigilants" depuis 1an.

L'objectif de cette démarche est d'améliorer la réactivité des forces de sécurité et d'accroitre l'efficacité de la surveillance et de la prévention.

Une vingtaine de Fournois se sont portés volontaires. Ces référents informent la gendarmerie des agissements et véhicules suspects.Ils relaient l'action de la gendarmerie auprès de la population et favorisent la diffusion de conseils préventifs.

N'hésitez pas à vous inscrire comme référents. La démarche est très simple et anonyme. Des fiches d'inscriptions sont disponibles en mairie.

La sécurité de notre village, c'est l'affaire de tous !

Journal municipal

petit icone fleche 2019

Echo 66          Echo 65          Echo 64


petit icone fleche 2018

Echo 63          Echo 62          Echo 61          Echo 60


petit icone fleche 2017

 Echo 59          Echo 58          Echo 57          Echo 56


petit icone fleche 2016

 Echo 55         Echo 54          Echo 53          Echo 52


petit icone fleche 2015

Echo 51          Echo 50          Echo 49         Echo 48


petit icone fleche 2014

Echo 47          Echo 46          Echo 45


petit icone fleche 2013

Echo 44          Echo 43

François Marie Raoult : Enfant célèbre de Fournes

francois marie raoult« L’an mil huit cent trente le dix mai sur les sept heures du soir par devant nous Pierre Antoine Descatoire, maire officier de l’état civil de la commune de Fournes canton de Labassée arrondissement de Lille, département du Nord est comparu Prosper Joseph Raoult âgé de trente huit ans, employé des contributions indirectes à la résidence de Lille, y demeurant lequel nous a présenté un enfant du sexe masculin né aujourd’hui à neuf heures du matin en la maison de Torcq jardinier de Monsieur le Comte de Rouvroy de Fournes de lui déclarant et de Rose Agathe Torcq son épouse et auquel il a déclaré vouloir donner le prénom de François Marie les dites déclaration et présentation faites en présence de François Marie Torcq âgé de soixante cinq ans jardinier domicilié à Fournes père grand maternel à Lienfant et Jean Baptiste Marie Buisine âgé de trente trois ans, praticien domicilié audit Fournes et ont les déclarant et témoin signé avec nous le présent acte après qu’il leur en a été fait lecture.»

Ainsi était né à Fournes celui qui allait devenir un célèbre chimiste, physicien, inventeur et théoricien.

C’est à la faculté de Grenoble que François Marie Raoult devint Professeur en 1870, puis Doyen de la Faculté des Sciences en 1889.

petit icone fleche En 1882, il énonce les Lois suivantes :

La Cryométrie : mesure des températures de congélation
• L'Ebulliométrie : méthode de détermination des masses moléculaires
• La Tonométrie : étude des solutions basée sur la mesure de leurs pressions de vapeur.

Il effectue de brillants travaux sur la force électromotrice des piles. Ses découvertes sont appliquées dès la fin du 19ème siècle. Tout ce qui subit le refroidissement ou la congélation et tout ce qui est dissous fait appel à ses Lois.

petit icone fleche Le 11 novembre 1930, Fournes a célébré le centenaire de la naissance de François Marie Raoult .

A cette occasion furent rappelés ses titres et honneurs :

• Professeur de Chimie
• Doyen de la Faculté des Sciences de Grenoble
• Commandeur de la Légion d’Honneur
• Membre correspondant de l’Institut de France et des Académies Etrangères
• Lauréat de la Société Royale de Londres (médaille Davy)
• Prix Lacaze de l’Académie des Sciences
• Prix Biennal (des cinq Académies réunies)

Fournes a choisi de faire coïncider cette commémoration avec celle de l’Armistice : en effet l’unique petit-fils de François Marie Raoult avait été tué dès le début de la guerre 1914-1918.

Parmi les personnalités présentes, on remarquait M. le Comte d’Hespel, maire de Fournes, et son Conseil Municipal, M. Chaudron, directeur de l’Institut de Chimie de Lille, M. Pariselle représentant le recteur M. Chatelet, M. Vercouttre, directeur du Pensionnat Gombert et les professeurs de cet établissement, M des Rotours, député, le lieutenant Darcy…M. et Mme Paul Raoult, neveu et nièce du chimiste, MM. Victor et Cyrille Lamblin, cousins germains du défunt.

Un service religieux eut lieu suivi d’un dépôt de gerbes aux monuments aux morts.
M. Chaudron, directeur de l’Institut de Chimie de Lille, lut le message du recteur, Président du Conseil de l’Université de Grenoble :

« L’Université de Grenoble, se souvenant avec émotion des trente années pendant lesquelles elle a eu l’honneur de compter au nombre de ses professeurs, François Marie Raoult, qui fut aussi Doyen de la Faculté des Sciences et Vice-Président du Conseil de l’Université, fidèle en ses sentiments d’admiration pour l’éminent chimiste qui a immortalisé son nom en découvrant les Lois de la Cryoscopie et de la Tonométrie, bases de la théorie moderne des solutions, est heureuse de s’associer à la ville de Fournes pour commémorer le Centenaire de son illustre fils. »

M. le député des Rotours dit combien est grande la gloire de cette commune d’avoir donné le jour au grand savant dont il retrace la modestie et le travail.
Le Maire, M. le Comte d’Hespel décide de donner à la nouvelle rue qui relie la rue Faidherbe et la rue Pasteur, en passant par la gare, le nom " Rue François Raoult ".

Une plaque commémorative avait été déposée dans la salle d’honneur de la mairie. A cette occasion, Fournes était entièrement pavoisée de drapeaux ; des arcs de triomphe avaient été érigés à l’entrée et à la fin de la rue François Raoult.

C’est en 1984 que l’Ecole Publique reçoit le nom de François Marie Raoult. Un médaillon à son effigie, taillé par M. Bersoux, est apposé sur la façade de l’école.

L’école François Marie Raoult est devenue depuis la construction de l’Ecole Publique au Clos d’Hespel, l’Espace Raoult.

Fournes sous l’occupation 1914-1918

Lundi 24 août 1914 vers 21h, les Fournois sont surpris par un coup de canon qui tonne du côté de Lille. Bientôt on entend sur la Grand ’Route (ancienne route nationale, rue Faidherbe actuelle) le grondement d’une colonne de véhicules militaires. Effrayés, les habitants demandent aux soldats :

« De quoi s’agit-il ? Pourquoi ce défilé précipité ? »
C’est le train des équipages qui a reçu l’ordre d’évacuer le matériel de la place de Lille. Après le « train », c’est le tour des cavaliers, puis des fantassins.
La population n’est pas très rassurée ne comprenant pas le sens de ces mouvements. Dès le lendemain, c’est l’image de la déroute : de 5h du matin à 14h, c’est un défilé par la Verte Rue (actuelle rue Pasteur) d’une armée de quarante mille fantassins venant de Cysoing, Tourcoing ainsi que des Belges de Tournai et d’Ath. Tous paraissent épuisés, encadrés de très jeunes officiers sans équipement et sans carte d’état-major, qui demandent :
« Où sommes-nous ? N’auriez-vous pas une carte ? »


On leur offre la carte du calendrier des PTT. Ils l’acceptent faute de mieux. Plusieurs fermiers offrent des chariots pour les soulager jusqu’à La Bassée.
Le mercredi 2 septembre 1914, les Allemands se trouvent à Lille et dès le 4 septembre, on les signale sur la Grand ‘Route.
Le maire, M. le Compte d’Hespel étant mobilisé, c’est M. Devos, son adjoint qui le remplace. Ne sachant pas parler allemand, M. l’abbé Wadoux lui sert d’interprète.
La patrouille se compose de cinq cavaliers. L’officier demande :
« Ai-je devant moi M. le Bourgmestre ?
- Parfaitement
- Je voudrais savoir si M. le Bourgmestre peut me donner sa parole que tant que nous serons sur le territoire de la commune, la population civile restera correcte et ne cherchera pas à nous nuire.
- J’ai pris, répond M. Devos un arrêté qui est affiché sur le mur de la mairie et qui défend aux habitants civils de se mêler aux faits de guerre. Soyez bien sûr que mon ordre sera suivi. »

La patrouille continue jusqu’au Lion Noir, chez M. Dubreucq. Ils se font servir à diner et en guise de paiement, remettent un « bon à payer par la France ».
Le 5 septembre, 250 Allemands défilent dans la Verte Rue, sans que l’on sache pourquoi. La suite montre qu’ils prennent position dans le pays de Weppes autour de Fournes.
La ligne du Front passe par le bas de Fromelles, Aubers, Neuve la Chapelle. Dans la région, les troupes alliées sont composées d’Anglais, d’Australiens, de Canadiens et d’Indiens et se trouvent de l’autre côté de la ligne. Fournes constitue pour les Allemands, l’immédiat arrière-Front.
Le 28 septembre, deux automitrailleuses britanniques arrivent en exploration. Les taubes allemands survolent le village. La population de plus en plus inquiète ressent la tension militaire.
Le 18 octobre 1914, un boulet tiré de la direction du Maisnil, atteint le clocher près de l’horloge. C’est ensuite la maison Delval dans la Grand ’Rue (actuelle rue Faidherbe) qui flambe avec la maison voisine, puis la maison du clerc sacristain près de l’église.
Les bombardements font rage toute la nuit. L’église est maintes fois touchée. Les toits sont criblés d’éclats d’obus de shrapnels. En début de soirée, le bâtiment à gauche du Pensionnat Gombert (actuellement Maison Saint-Jacques) prend feu. Le lendemain, les Fournois se demandent s’ils doivent rester ou quitter leur habitation. Beaucoup partent.
Dans la soirée, une équipe de soldats allemands emmènent sans explication M. l’abbé Wadoux au Pensionnat des Dames de Fournes. Il y retrouve M. Henri Devos, M. Savaete et plusieurs autres Fournois.
Français et Allemands se battent le mardi 20 octobre de 12h à 16h pour la possession de la ferme du Bois-Lasson qui forme une sorte de blockhaus stratégique. Après une première domination française, ce sont les Allemands qui l’emportent. Les vainqueurs enterrent les cadavres. Ils réunissent les blessés dans une grange. Une altercation intervient entre les gens de la ferme que les allemands accusent d’avoir dépouillé leurs morts. C’est ainsi que M. Carle propriétaire de la ferme, est ligoté et emmené au château, ses trois ouvriers (Adolphe Defache, Augustin Fontaine, et Liévin Fontaine) arrêtés et emmenés au Pensionnat des Dames de Fournes.
Dès le lendemain les trois ouvriers sont transférés à Don, puis à Douai et de là en Westphalie. M. Carle, quant à lui, est libéré le même jour.

Le 21 octobre, une femme dernière habitante du Maisnil, est amenée au Pensionnat. Elle y rejoint une trentaine de prisonniers incarcérés à titre préventif. Dans le village, les décès se multiplient : Aurélie Leclercq habitant le quartier du Cornet (actuelle Place du Monument aux Morts) est blessée mortellement, puis le père Leclercq fermier au Bas-Flandre.
M. le curé Wadoux organise ses funérailles à la demande de la famille. Compte tenu des combats aériens, force est de déposer la dépouille dans une tranchée, avant de la transporter ultérieurement au cimetière.

Cette période est marquée d’anecdotes cruelles.
Les Allemands avaient installé à travers la campagne, des fils électriques pour relier leurs différents postes. A un moment donné, ils s’aperçoivent que le courant est interrompu : quelqu’un avait dû couper la ligne. Ils constatent que le fil est sectionné près de la ferme de M. Dewisme. Celui-ci est arrêté. Il a la chance d’avoir en sa faveur, la déposition d’un wagenmeister, officier du train des équipages, qui paraît bien le connaître. Il est remis en liberté car l’auteur du délit vient d’être appréhendé : c’est un pauvre cheminot, Henri Lelardeux, 24 ans, fils d’un mineur de Bruay. C’est un de ces malheureux errants, un peu simple d’esprit. Il n’était à Fournes que depuis quelques jours, quand il eut cette malheureuse idée de couper, puis de rouler en pelote et mettre dans sa poche le fil téléphonique allemand. Il est conduit au Pensionnat et passé en conseil de guerre qui le condamne à mort. M. le curé Wadoux plaide sa cause auprès de l’Etat-major, invoquant la situation misérable et l’illettrisme du condamné. La réponse est :
« Nous reconnaissons qu’il s’agit d’un délit léger. En temps de paix, cela se règlerait par un coup de pied au derrière. Mais nous sommes en temps de guerre et la loi de la guerre veut qu’il meure. »
Il est exécuté à 15h.

Le mercredi 10 mars 1915 vers 6h du matin, un aviateur anglais profite que les Allemands, grands amateurs de bière, cuvent encore leur Duisburg, pour survoler le village à très faible altitude. Il remarque à côté de l’église une installation téléphonique assurant la liaison entre le Front et l’Arrière, il la bombarde en même temps que l’église.
A peine l’avion a-t-il passé la ligne que la bataille commence au fusil et au canon. Des obus sont lancés sur le village. L’un d’eux tombe près du kiosque et frappe en pleine poitrine Marie Dubuisson et la déchiquette.
Au même moment, des officiers allemands se présentent au presbytère et déclarent à M. le curé :
« - Vous êtes soupçonné d’entretenir des rapports secrets avec les Anglais car vous connaissiez par avance l’attaque d’aujourd’hui ; nous le savons par les femmes qui font la lessive à la Kommandantur. Nous allons perquisitionner dans votre maison et au jardin.
- Je suis prêtre, chargé des âmes, je n’ai rien à voir aux affaires militaires. Pour cette attaque anglaise que vous m’accusez d’avoir annoncé, voilà un mois que vos journaux en parlent. »

Il est consigné dans son presbytère puis emmené la nuit, chez M. Gossart à côté du kiosque où les allemands avaient établi un corps de garde. Il y reste cinq jours sans explications, puis est emmené à Seclin par les Uhlans dans une salle de l’Hôtel de ville transformée en prison. Il est libéré par le Colonel de Montgelas, officier allemand, descendant d’émigrant français et marié à une comtesse française. Ce dernier, à la demande de M. le curé, lui remet une attestation :
« Je reconnais que le sieur Wadoux, curé de Fournes a été par erreur accusé d’espionnage. »

De nouveaux bombardements le 9 mai 1915 détruisent les maisons de Melle Cardon, Melle Joséphine Dufour, l’estaminet « A St Eloi ». Les bombardements répétés font que les Allemands détruisent le clocher. En effet les cloches de Fournes et de Fromelles formaient un alignement très commode pour l’artillerie anglaise.
Le mercredi 19 mai 1915 à 20h30, après une très forte explosion, le clocher s’affaisse sur lui-même. Il ne reste plus que la Chapelle Saint-Michel pour y célébrer le culte.

La guerre 1914-1918 se poursuit. Fournes est occupé par les Allemands. Les premières lignes se trouvant à Fromelles, les Fournois sont dans l’impossibilité de résister aux bombardements répétés et quittent leur village en ruines.
Ils ne rentrent qu’à la fin de la guerre. Les Anglais occupent alors le château du Comte d’Hespel et accidentellement, déclenchent un incendie qui ravage le château.

Le bilan des pertes humaines pour Fournes est lourd : 51 militaires et 7 civils.
Le commune va honorer ses morts pour la patrie et organise en grande pompe, les 23 et 24 mai 1926, jours de pentecôte, l’inauguration du Monuments aux Morts. A cette occasion, notre village reçoit la « Citation à l’ordre de l’Armée ».
« Vaillante commune qui a courageusement supporté le bombardement qui l’a en partie détruite. Malgré les rigueurs de l’occupation, a toujours gardé une attitude fière et digne d’éloges. »
MM. Lefebvre Dominique, Vice-Président de l’Union des Combattants de Fournes
Hayaume Moui, conseiller municipal de Fournes
Médaillés militaires, Croix de guerre, Mutilés de guerre,
Reçoivent dette croix de Guerre au nom de la commune et la déposent au pied du Monument aux Morts.

Le Monument aux Morts à la mémoire des Enfants de Fournes morts pour la France se trouve place du Cornet (actuelle place du Monument aux Morts) et représente un poilu victorieux. Il a été dessiné par les architectes MM.G. Rubin et J. Renards et exécuté par M.J. Déchin.
Au pied du monument, une plaque « A nos morts glorieux 1914-1918 ». De chaque côté, les noms des 51 Fournois morts au Champ d’honneur et des 7 victimes civiles. Au dos, l’inscription rappelant la glorieuse citation dont Fournes fut l’objet et qui lui mérita la Croix de Guerre.
Morts pour la France.

ACQUART Fidèle HOCHART Joseph
ACQUART Jean-Baptiste LABALETTE Henri
BECU Ernest LEBARGY Fernand
BUISINE André LECLERCQ Désiré
BURIEZ Adolphe LECLERCQ Louis
CARPENTIER Louis LEFEBVRE Louis
CLIQUENNOIS Henri LEFEBVRE Julien
DAUMARS Régis LEFEBVRE Oscar
DAUMARS Louis LEIGNEL Henri
DEFRANCE Henri LEMAHIEU Louis
DEFRANCE Maurice LERNOULD Henri
DEGORRE Aimable LESAGE Henri
DELAHAYE Henri LOE Augustin
DELVAL Fabien MONSCOURT Kléber
DESMARET Bruno MORTAGNE Julien
DUMETZ julien MORTREUX Jules
FLOUQUET André OBERT Victor
FREMAUX Emile OGEZ Léon
FREMAUX Jules OGEZ Omer
GADENNE Joseph PATAIN Henri
GHEMERT Henri POLLE André
GHEMERT Eugène RAMON Germain
GODIN Lucien ROBIQUET Arthur
HAUTCOEUR Raymond ROBIQUET Paul
HENGEBART Albert WAYMEL Eugène
HENNEQUART Henri  

 

Victimes civiles

ACQUART Eugène – DESBUISSONS Marie – DUMETZ Cl »ment – GRUSON Charles – LECLERCQ Augustin – LEGAGNEUR Henri – Veuve LECLERCQ Aurélie.

De nombreuses personnalités s’exprimèrent à cette occasion et une lettre de remerciements à M. le Maire, M. le Comte d’Hespel et M. Vercouttre a été retrouvée dans les archives municipales, pour le dévouement apporté à l’inauguration du Monument aux Soldats morts pour la France :

« M. le Maire, M. Vercouttre,
Au nom du Comité du Monument, du Conseil Municipal, des Sociétés locales, des Familles des Enfants de Fournes morts pour la France et de toute la population dont je suis certain d’interpréter les sentiments, je vous remercie de dévouement avec lequel vous avez préparé ces journées inoubliables.
Le Comité a tenu à vous unir dans la reconnaissance, M. le Maire et M. Vercouttre, en considérant que c’est grâce à l’union de vos efforts que cette manifestation du Souvenir a été si grandiose et si attrayante. Plus de 8 000 personnes ont assisté à l’inauguration du Monument à nos Morts et ont circulé dans nos rues en admirant leur décor ainsi que celui des maisons. A notre exemple et sous votre impulsion, chacun a fourni sa part.
Vous nous avez donné une nouvelle preuve que par l’union des bonnes volontés dans l’amour de notre Commune, on peut faire de grandes choses dans un petit village.
Fournes conservera sa réputation de n’être pas un village comme les autres ; et on dira toujours avec notre petit journal de guerre « le trait d’Union » : ch’est l’pus biau Villache !

M. le Maire et M. Vercouttre, je vous renouvelle nos remerciements et vous donne l’assurance de la reconnaissance de toute la population. »

Ces journées furent illustrées par l’émission d’un cachet à date (timbre humide) dont le libellé était :

« Grandes Fêtes de Fournes (Nord)
Dimanche et Lundi de la Pentecôte 1926 »

La Fondation Antoine le Cocq

Autrefois dénommée
Hôpital de Charité

Antoine Le Cocq, bailli de Fournes et son épouse Jeanne Du Bois, firent bâtir en 1680, six petites maisons avec jardin pour y loger des veuves et des ménages pauvres, ayant au moins 60 ans.
Ces constructions élevées le long de la ruelle Saint-André, actuellement ruelle Antoine Le Cocq, prirent le nom d’Hôpital de Charité.
Une pierre enchâssée dans le mur expliquait cette charitable fondation :
« Antoine Le Cocq, bailli de Fournes et Jeanne Du Bois, sa femme, ont bâti à perpétuité cet Hôpital de Charité, consistant en six demeures pour six femmes veuves et pauvres de Fournes et à défaut de six ménages pauvres, ayant au moins 60 ans. La condition était d’aller à l’église, tous les premiers vendredi du mois, prier et chanter pour le repos des âmes des fondateurs et de leurs enfants et parents trépassés. En gage de leurs prières, ils reçoivent chacun trois « pattars » (pièce de monnaie) à chaque obit. En cas de non-respect de ces obligations, ils sont expulsés sans délai et remplacés. »


Antoine Le Cocq meurt en 1688 et son épouse en 1693. Ils sont tous deux enterrés dans l’église. Une pierre tombale de 1,44m de haut sur 0,84m de large ayant échappé aux désastres de la guerre, est toujours visible actuellement dans la sacristie de gauche. Voici la reproduction de cette épitaphe :
« Cy devant reposent les corps d’Antoine Le Cocq, bailly de ce lieu, trépassez le 25 de Mars 1688, âgé de 63 ans et Jeanne Du Bois, sa femme, qui trépasse le 14 janvier 1693, âgée de 69 ans ; lesquels pour le repos de leurs âmes et de leurs parens, ont fondez et bastis, dans cette paroisse, pour des pauvres hommes et femmes vesves et autres ménages de la Pauvreté de cette paroisse, six petites maisons et chambres, situéz sur la piedsente entre les deux chemins menans de Lille à La Bassée ; dont l’acte de donation est faicte et passez par devant maître Dubelarbre, notaire de la résidence de Lille, le dixième aoust 1681. Si ont aussi fondez en cette église, un obit solennel chacun premier vendredy de chacun mois de l’année, à perpétuité, à trois salmes et trois leçons commendaces à chanter par Monsieur le Pasteur de ce lieu, à l’assistance du chapelain pour chanter l’épître et Evangile et reste de la messe, et du clercq ; pourquoy ils ont ordonnez que soient payés douze pattars au curé, quatre pattars au chapelain et six pattars au clercq. Auxquels obitz, les pauvres hommes ou vesves et autres qui sont bénéficiez de la demeure dans les susdits petites maisons sont obligez d’assister auxdits obitz et priez Dieu pour les âmes des fondateurs et de leurs parents ; A chacun desquels pauvres hommes ou vesves, ils ont ordonnez que soient distribuez trois pattars à chacun desdits obitz. Si ont ordonnez de chanter le messe du vénérable saint-Sacrement durant l’octave chacune année et de donner chacun jour de ladite octave la bénédiction du Saint-sacrement sur le soir et paravant de sonner la grosse cloche ; pourquoi ils ont ordonnez que soient payez pour les huit messes et bénédictions pendant l’octave, chacun huit livres au curé et quatre livres au clercq ; Et pour les recommander en particulier par le curé aux prières des peuples, ils ont ordonnez quatre livres audit curé et deux livres au clercq, le tout à perpétuité et payable par les mergliers de cette église ; Pour accomplir tout ce que dessus ils ont donnez au proffit de cette «église, vingt-un cens de terre à labeur situéz en cette paroisse, en trois pièces, sçavoir, Neuf cents tenus de la mairie de Fournes tenant au grand chemin menant de Fournes à Beaucamps, de midi à la terre de Rosembois et de couchant aux terres de la cure dudit Fournes ; trois cens tenus de la ditte mairie tenant de deux cens aux terres de l’abbaye de Saint André en Cambrésis et à la piedsente menant du moulin de Rosembois au chemin des Mottes ; et les autres neuf cens, tenus de la Seigneurie de Fournes tenant à trois sens aux terres de la cense d’Hocron et de quart sens aux terres desdits fondateurs.
Si ont donnez toute une lettre de rente, passez pardevant bailly et gens de Loÿde, l’Evesché d’Arras, à Marquillies, en datte du 5 juin 1681, portant onze florins, dix-huit sols et demy par an ; au rachapt de cent soixante-quatre florins de sept et tiers de sol monnoyé d’Artois. Y obligez Jacques Leroy et Jeanne Empis, sa femme au profit des fondateurs avec rapport d’aucun héritage, y repris par habaut et tenances dont l’acte de fondation est aussi passez par devant le même notaire, le dit dixième Aoust 1681.-Priez Dieu pour le repos de leur âme. »
Pendant la Révolution, les biens ci-dessus furent retirés à l’Eglise. Les fondations et obits furent abandonnés par le clergé.
Le bureau de bienfaisance devint propriétaire et administrateur des maisons de l’Hôpital.
En 1895 ces maisons étaient en ruine. Elles furent remises en état par M.Delassus, ancien notaire. La toiture en chaume fut remplacée par des pannes et un carrelage fut posé sur la terre battue : des aménagements heureux achevèrent de transformer ces véritables taudis en maisons habitables.
Elles furent détruites au cours de la guerre 1914-1918.
En 1920, M. d’Hespel maire de Fournes, proposa à la commission administrative du bureau de bienfaisance de vendre le terrain de la ruelle de l’Hôpital et de reconstruire les maisons sur un emplacement plus vaste et mieux approprié, situé au Chemin des Combles, actuellement rue Jules Ferry ; puis au lieu de rebâtir six maisons, que la somme allouée par les Dommages de guerre ne permettrait pas de rendre confortables, il fit approuver un plan d’édification de quatre maisons seulement, plus commodes, avec étage et grand jardin. Le bureau de bienfaisance prit à sa charge la construction des deux autres maisons.
Ces maisons sont toujours habitées par des personnes âgées.
Le bureau de bienfaisance est actuellement remplacé par le Centre Communal d’Action Sociale.
Il est intéressant de noter que finalement depuis 1680, ces habitations ont toujours été destinées à l’action sociale.

L'instruction à Fournes

Dès le moyen Age, il y a des écoles dans chaque commune, principalement en Flandre.
L’histoire de ses nombreux bâtiments scolaires montre combien Fournes fut riche en la matière :
Ecoles publiques :
Jusque vers le milieu du XVIIème siècle, l’école publique de Fournes est tenue par le vicaire, puis à partir de 1650 par un clerc nommé par le seigneur et ce, jusqu’à la Révolution.
L’incendie de 1650 détruit l’école qui se trouvait à proximité du presbytère. Les habitants du hameau de La Fresnoye prennent en charge la reconstruction.
L’école subsiste jusqu’en 1844, puis elle sert de lieu de réunion pour les séances du conseil municipal. On construit une nouvelle école, place de Fournes, près du cimetière qui entourait l’église, exactement à l’emplacement de l’ancienne mairie.

En 1689, Jean Charlet, clerc paroissial, est instituteur. Son fils Pierre Hubert Charlet lui succède jusqu’en 1740.
Cette fonction est occupée de père en fils jusqu’en 1785. A cette date, Marie Joseph Pringuet obtient le poste et doit abandonner ses fonctions en 1791 à la suite de ses opinions politiques qui n’étaient pas assez avancées pour cette période révolutionnaire. Il est remplacé par Pierre Joseph Quempe, imbu de toutes les idées révolutionnaires, démagogue et exalté lors des séances du comité révolutionnaire. Il se retire en 1798.
Ecole de filles :
Jusqu’en 1793, les classes étant mixtes, Mademoiselle Marie - Joseph Seignée déclare son intention d’ouvrir une école de filles au conseil municipal et prête le serment de fidélité à la Nation. On ne sait combien de temps exista cette école, mais en 1798 elle était fermée.
Pensionnat Gombert :
En 1793 également, M. Jean François Gombert arrive du Maisnil avec l’intention d’ouvrir un établissement scolaire mixte. Il inspire le respect et la confiance, face aux excès de la Révolution.
Il inaugure son école en 1798 et obtient en 1813, l’autorisation préfectorale de prendre des pensionnaires. Son traitement est payé par la commune à condition d’instruire gratuitement les enfants pauvres. Son fils Armand Joseph l’aide dans ses fonctions et lui succède.
Après sa mort en 1876, ses petits- fils Joseph et Henri reprennent son œuvre et par des constructions nouvelles, donnent au pensionnat un nouvel accroissement qui devient l’Ecole Supérieure d’Etat. Suite à la mort prématurée de son frère, Joseph Gombert reste seul à la direction de l’établissement.

Mme Gombert dirige les classes enfantines de l’école communale des garçons qui, par suite d’un accord entre le pensionnat Gombert et les municipalités précédentes, occupait quelques classes.
Après la guerre 1914-1918, le gendre de Joseph Gombert, Alphonse Vercouttre prend la direction de l’établissement, puis son fils Jacques jusqu’en 1939. A cette date, l’école est réquisitionnée par les Allemands. A leur départ, le pensionnat laissé à l’abandon, est mis en vente.
Il sera racheté en 1948 par M. Jacques Lemaire qui le met à la disposition de l’œuvre d’Auteuil. A la suite de cette vente, la commune est mise dans l’obligation de libérer les classes occupées. La construction d’une école de garçons est alors décidée et l’école Raoult est inaugurée le 12 septembre 1954.
Ecole libre de filles : le pensionnat des Dames de l’Education Chrétienne
En 1827, deux écoles libres de filles s’ouvrent en même temps, l’une est dirigée par Dame Defante et l’autre par Mademoiselle Stéphanie Gombert, fille de Jean François Gombert.
L’école tenue par la Dame Defante ne dure que quelques années en raison du décès de sa directrice. Stéphanie Gombert est épaulée par sa sœur Marie Thérèse à partir de 1830.
Les Demoiselles Gombert tiennent l’école communale de Fournes malgré le refus persistant du conseil municipal de leur accorder la moindre allocation.
Leurs sœurs Clotilde et Eugénie les rejoignent en 1830.
En 1834 elles reçoivent l’autorisation de prendre des pensionnaires. Leur établissement jouit d’une excellente réputation et a la confiance des familles.
Stéphanie et Clotilde entrent alors dans la Congrégation des Dames de l’Education Chrétienne d’Argantan et confient leur établissement aux religieuses de cet Ordre.
Dame Stéphanie revient à Fournes en 1857 pour continuer sa première œuvre dans le pensionnat ainsi transformé. Elle en est la 1ère supérieure et sa sœur Clotilde reste au Pensionnat des religieuses de Loos et meurt à Fournes le 16 février 1864.
Les locaux devenus insuffisants, la Congrégation achète la maison voisine et les religieuses y reçoivent toutes les jeunes filles qui désiraient une excellente éducation. Dame Stéphanie meurt à Fournes le 4 octobre 1869 après une vie de dévouement et de don de soi. La Congrégation des religieuses continue son œuvre jusqu’en 1903. Peu après, atteinte par la loi sur les congrégations, elle doit s’exiler. Les religieuses se réfugient à Tournai où elles ouvrent un pensionnat.
Le pensionnat de Fournes, confisqué par l’Etat est mis en vente et sur demande expresse de l’Evêché, Mr le Compte d’Hespel s’en rend acquéreur.
Lors du départ des sœurs pour l’exil en 1904, une manifestation est organisée réunissant la majorité de la population au nom de laquelle, M. d’Hespel, maire de la commune, prend la parole.
Une plaque de marbre scellée dans le mur de la nef droite de l’église rappellera jusqu’à la guerre 1914, le souvenir reconnaissant des catholiques de Fournes, pour le bien que les Dames de l’Education Chrétienne avait fait dans la paroisse pendant plus d’un demi-siècle.
Pendant la période d’apaisement qui suit la guerre 1914-1918, M. d’Hespel offre aux religieuses de les remettre en possession de leur Maison de Fournes. D’autre part, quand il est question d’un transfert à La Bassée du pensionnat de Tournai, une démarche pressante est encore tentée mais en vain. Fournes demeure donc définitivement privée de la Maison d’Education qui avait contribué à sa prospérité et qui avait élevé son niveau moral et intellectuel. Après avoir servi d’atelier de confection, la presque totalité des locaux est détruite par un incendie en 1964. Seule une aile située face à la rue Faidherbe a été épargnée et est encore visible actuellement.
L’asile pout les tout-petits :
Un asile pour les tout-petits, dirigé par les Demoiselles Dufour et créé par Mme Casteleyn en 1871, rend de grands services : il est très fréquenté et se trouve sur l’emplacement de l’ancienne gendarmerie de Fournes, actuellement Ecole Jeanne d’Arc.
A sa mort, Mme Casteleyn le lègue à la commune de Fournes ainsi qu’une rente annuelle de quatorze cents francs. Ce legs est fait sous condition que l’immeuble ne puisse être affecté à un autre usage ; l’inexécution de cette clause devant entraîner l’annulation du legs et le retour immédiat du bien aux héritiers.
D’abord accepté puis refusé par le conseil municipal en 1880, l’asile devient donc, conformément aux dispositions testamentaires, la propriété de la famille d’Hespel qui lui conservera son affectation : au départ des religieuses, elle y adjoint une école libre de filles dans des locaux restaurés et agrandis.
En octobre 1915, le curé Wadoux décide d’ouvrir une école au presbytère, les locaux de l’école libre et ceux de l’école communale étant trop dégradés pour que l’on puisse s’y installer. La salle à manger et le bureau servent de classes. M. Henri Leignel prépare un mobilier scolaire de fortune. Melle Jeanne Salomé qui élève la jeunesse fournoise depuis un quart de siècle et Melle Léonie Maréchal en sont les institutrices.

Aujourd’hui, notre village compte :
- L’école publique du Clos d’Hespel
- L’école privée Jeanne d’Arc
- La Maison St Jacques, Fondation Orphelins et Apprentis d’Auteuil.

Les aventures héroïques de "La Jeunesse" et "Bonne Espérance"

C’est dans ce fameux hameau de Rosembois qu’il faut mentionner les exploits de deux héroïques jeunes filles, connues sous les noms de « La Jeunesse » et « Bonne Espérance ».
Jean de la Barre, curé de Marcq est l’auteur de l’histoire de ces deux héroïnes.
« Comme elle voyait son pays désolé, tantôt par les Français, tantôt par les Flamands et les Espagnols, Anne Delavaux, originaire de Lomme, embrassa le parti des armes. A l’aide de déguisements, elle obtint avec son amie, d’être admise dans un corps d’hommes à pied : Anne, sous le nom d’Antoine d’Athis, dit « Bonne Espérance » et sa compagne, sous le nom de « La Jeunesse ».
Pendant trois ans, elles servirent avec tant de bravoure qu’Anne obtint un drapeau, c’est-à-dire le droit de former un corps à part. Elle l’organisa avec une bande d’hommes d’armes et revint faire dans les environs de Lille, une guerre de partisans et y recueillit un grand butin qu’elle partagea avec sa compagne et ses soldats.

Bientôt après cette entreprise, Anne entra dans la cavalerie avec son amie « La Jeunesse » ; elle obtint une lieutenance dans le régiment du Baron de Mercy, et sa conduite si admirable dans toutes les circonstances, sa réserve, sa piété et sa bravoure à toute épreuve et dans toute rencontre, lui firent bientôt donner une compagnie.


Lorsque pendant la minorité de Louis XIV, l’armée du roi d’Espagne, Philippe IV entra en France, elle faisait partie de la division du Général Baron de Clinchamp. Ayant reçu l’ordre d’aller faire une reconnaissance, elle avança jusqu’au château de Montargis. L’intrépide héroïne s’approcha des murs du château avec tant d’audace, qu’elle mit en fuite tous ceux qui l’habitaient ou le gardaient ; elle s’en empara après une longue résistance des hommes d’armes et elle ramena au camp une vaisselle d’argent et de beaux chevaux. Mazarin occupait alors le château de Montargis et ne dut sa liberté qu’à la clémence de « Bonne Espérance ».
A l’attaque de La Bassée en 1642, ayant appris que sa fidèle compagne venait d’avoir la tête emportée par un boulet, elle accourut sur le terrain où gisait « La Jeunesse » et afin que son sexe ne fut point découvert, elle la fit enterrer toute vêtue, dans la chapelle du château de Rosembois, à Fournes.
L’armée espagnole s’étant avancée jusque sous Paris, occupait déjà une partie du faubourg St Antoine. Les troupes françaises chargèrent les ennemis avec vigueur, mais trois fois Anne ramena ses cavaliers au combat, donnant des preuves du plus grand courage ; à la troisième, son cheval fut tué sous elle et elle dut chercher son salut dans la retraite.
Anne fut blessée à peu de temps de là, de deux coups de pistolet et d’un coup de fusil ; puis elle fut faite prisonnière. Après son échange, elle reprit du service au pays de Barge, mais elle ne voulut point rester. Comme elle revenait en Flandre avec quelques officiers et soldats, ils furent attaqués et obligés de se rendre… dépouillée à nu ainsi que ses compagnons d’infortune, c’en fut fait du secret de « Bonne Espérance » !
Menée à Pont-à-Mousson et de là à Nancy, au Maréchal de Senneterre, ce seigneur accueillit la guerrière avec de grands égards et lui offrit une compagnie de cavalerie dans les armées de Louis XIV, qu’elle refusa en ces termes :
« Monseigneur, comme la seule considération de mon honneur m’a fait embrasser l’exercice de Mars, ainsi ne le puis-je garder qu’en demeurant ferme au service de mon Roi ! »
Le Maréchal loua hautement cette fille courageuse qu’il laissa partir un mois après son arrivée. Elle se rendit à Bruxelles en 1653. L’archiduc Léopold la fit recevoir à l’Abbaye de Marquette, ensuite à celle de Bilogne à Gand, où sa pension fut payée par l’Etat jusqu’à sa mort.

Rosembois

Rosembois et…

Rosembois au XIIème siècle, plus anciennement « Rose in bos » et « Rose en bois », l’un des hameaux de Fournes était couvert de marécages et de bois.
Un château fort y abritait les seigneurs de Rosembois.
La famille de Rosembois fut illustre et honorée des plus grandes dignités sous les Comtes de Flandre, les Ducs de Bourgogne et les Rois d’Espagne.

Jean de Rosembois était à la bataille de Vimiacum avec Philippe le Bon, Duc de Bourgogne. Il fut nommé gouverneur commandant de la Gallo Flandre et mourut en exerçant ses fonctions en 1489.

Le château fort de Rosembois fut assiégé en 1486 par le Maréchal d’Esquerdes qui soutenait les Flamands dans leur rébellion contre Maximilien, fils de l’Empereur d’Allemagne. Le château résista quelques jours puis fut presqu’entièrement détruit.
Antoine, fils de Jean, eut les mêmes emplois et mourut en 1503.
Pierre de Rosembois, chevalier, premier maître d’hôtel et chef des finances de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas, lui succéda.
Son fils François, prévôt de la Collégiale Saint-Pierre à Lille, mourut en 1523.
C’est à cette époque que s’éteignit la famille de Rosembois.
La famille de Sainte-Aldegonde de Noircarme devint propriétaire du domaine ; un des fils reprit le titre de seigneur de Rosembois.
Messire Balthazar de Sainte-Aldegonde de Noircarme fonda alors le couvent des Récollets près des ruines du château, au lieu-dit « Hermitage », dans un petit bois qui existait avant la guerre. L’acte de donation fut passé le 20 juillet 1654 entre Balthazar de Sainte-Aldegonde et le R.P. Simon Mas, provincial des récollets des Pays-Bas.
Ce couvent devait servir d’hôpital ou de lazaret mais on ne croit pas qu’il ait jamais servi à cet usage. La communauté des Récollets s’établit donc à Fournes en 1684 dans un local provisoire.
Le couvent fut rapidement construit. Il se composait d’une maison, d’une église et d’une brasserie, le tout sur un terrain de 14 cents de terre. Le couvent avait un étage et paraissait assez spacieux ; l’église pouvait contenir environ deux cents personnes ; elle était ouverte au public et trois pères y exerçaient le Saint Ministère.
Les Récollets tinrent leur couvent jusqu’en 1790 ; ils exerçaient dans le voisinage le ministère de la prédication.
En 1789, ayant refusé de prêter serment à la Constitution civile du Clergé, les récollets se retirèrent l’année suivante mais le couvent resta la propriété de MM. De Sainte-Aldegonde; les meubles furent vendus ainsi que les tableaux. M. de Rouvroy en racheta une grande partie dont il fit présent à l’église paroissiale de Fournes en 1803. La propriété fut achetée par M. de Tilloy de Lille la même année.
En 1914, il ne restait comme derniers vestiges de « Rosembois » que des fossés en partie comblés et quelques traces de constructions. La sépulture des Comtes de Sainte-Aldegonde était indiquée par un petit monument en fonte, fortement incliné. Il est surmonté d’une croix et porte les armoiries de Sainte-Aldegonde.

Les Comtes d'Hespel

On trouve Wallerand Hespel 1er de la lignée, établi à Lille. Il participe aux campagnes de Charles le Téméraire et trouve la mort devant Nancy en 1477.
Son fils Clément, inscrit sur le registre des bourgeois de Lille en 1495, est marchand. Il a cinq fils : Baudouin, Clément, Jean, Robert et Pierre.
Deux certificats délivrés par Jean de Villers en 1571, dit Bourgogne, attestent que la famille Hespel est noble. On y rapporte dans l’un, les exploits de Wallerand de Hespel « gentilhomme et homme d’armes de la compagnie du Duc Charles le Hardy » à Mont le Hery en 1465 et à Nancy. Le second certificat confirme les armes timbrées des Hespel. La noblesse des Hespel est donc attestée à la 3ème génération, en 1571.
Le petit-fils de Clément, François né en 1607, seigneur du Grand Hocron, conseiller et maître de la Chambre des Comptes à Lille et dans le Comté de Flandre, demande confirmation de sa noblesse. Le roi d’Espagne confirme la noblesse de la famille Hespel et la dispense de payer la somme exigée en pareil cas : François et sa postérité, procréée en légal mariage, jouiront des privilèges de cet ordre. Ainsi, ils pourront acquérir et posséder en Flandre, places, seigneuries, terres, rentes, revenus fiefs et arrière-fiefs.

François Hespel achète donc des fiefs vicomtés, offices et propriétés foncières comme la seigneurie du Haut Hocron qui consistait en un grand manoir, des granges, des étables, un colombier, des jardins et une métairie.
Son fils François Séraphin Hespel (1627-1679) licencié ès lois, greffier des Etats de Lille, grand bailli de Comines, c’est-à-dire l’un des quatre seigneurs hauts justiciers, achète la terre de « La Vallée » à Wavrin à la famille de Haynin, en 1670,.
A partir de cette date, les mariages de la famille d’Hespel se feront avec des filles de « Grandes Familles ».
Pierre Clément (1660-1743) épouse une riche héritière Marguerite Fruict.
Pierre François Séraphin, seigneur de Frémicourt, épouse en 1710 Isbergue de Rouvroy, fille de Jacques Rouvroy, seigneur de Fournes, trésorier de France au bureau des Finances, qui avait acheté la seigneurie de Coisnes.
Clément Séraphin Marie d’Hespel, seigneur d’Hocron et de Coisnes, épouse en 1776 Henriette de Fourmestreaux de Wazières qui lui apporte, entre autres, la seigneurie de Rosimbois. Il fait élever dans le cimetière de Salomé une chapelle avec une inscription à la gloire de son ascendance.
Les seigneurs d’Hocron se dévouent pour les pauvres. Pierre Clément d’Hespel est ministre général de la bourse commune des pauvres de Lille. Pierre François Séraphin administre l’hôpital des Sept Douleurs en 1729 et la « Noble Famille » en 1730. Ils siègent tous deux aux Etats de Lille.
Les Comtes d’Hespel sont de grands propriétaires terriens. Ils possèdent des terres dans les quartiers des Weppes, Carembaut, Ferrain, Pévèle, Mélantois, en Artois et dans la Chatellenie de Courtrai. Ces domaines s’étendent au fil du temps plus particulièrement à Fournes et à Salomé. La famille Hespel possède et habite des maisons à Lille, rue basse et 20 -22 rue des Jardins ainsi que des résidences rurales : le château de Coisnes à Salomé et le château d’Hocron à Fournes.
Lors de la crise pré - révolutionnaire en 1788 à Lille, treize membres de la famille d’Hespel assistent aux assemblées de la noblesse pour élire deux députés et rédiger le cahier de doléances afin d’obtenir des Etats provinciaux constitués par la réunion des trois ordres et non par les quatre seigneurs hauts justiciers de Cysoing, Comines, Wavrin et Phalempin.
Clément d’Hespel signe le cahier de la noblesse qui est d’esprit réformiste. Il est nommé commissaire puis député suppléant en avril 1788.
En juin 1791 après l’équipée de Varennes, Clément s’offre avec ses fils comme otages pour le Roi; puis en octobre, il émigre à Tournai. Ses biens sont confisqués et vendus en 1793. Les fils se réfugient au Château de Manancourt en Picardie, chez leur tante Mme de Folleville puis rejoignent l’armée de Condé.
Après la Révolution, les Comptes d’Hespel viennent se rétablir à Fournes.
En 1901, Octave Edmond Marie Joseph d’Hespel , fils de Christian Adalbert d’Hespel, fonde le syndicat agricole.
En 1904, il est élu maire de Fournes. Sous sa sage administration, Fournes a renoncé aux luttes politiques et religieuses d’autrefois. Il en est résulté dès son 1er mandat, une œuvre féconde : une mairie, une école, une église, l’aménagement d’un nouveau bureau de poste avec le téléphone, l’installation de l’éclairage, la transformation des rues ainsi qu’une place dotée d’un kiosque.

Fournes pendant la Révolution

La Révolution Française 1789-1799 supprime les seigneuries et baillages, nationalise les biens de l’église, crée l’assignat et décrète la constitution civile du clergé.
Dès 1789, Fournes n’est pas épargné par la Révolution.
Hyppolite Charlet, ancien bailli du seigneur de Fournes, 1er maire élu en 1790, ne pouvant résister à la révolution qui s’accentuait davantage à Fournes et ne voulant plus aller contre sa conscience, donna sa démission après 15 jours.
Il fut remplacé par Philippe Raymond Cuvelier, puis un an plus tard par Pierre Joseph Catteaux. Ce dernier resta cinq ans en fonction pendant les plus mauvais jours de la Révolution.
Lui succéda à nouveau Philippe Cuvelier de 1796 à 1799 et Nicolas Delfosse termina la période révolutionnaire.
Sauf Hyppolite Charlet, tous furent acquéreurs de biens ecclésiastiques ou d’émigrés et furent des révolutionnaires enragés.

En 1789, le curé de Fournes était Mr Taffin. Entré le 24 juin 1789, il avait pris possession de sa cure, lorsque déjà les esprits étaient exaltés par les idées de la révolution naissante. Il refusa le serment (la loi du serment obligeait les prêtres ayant un ministère à jurer la Constitution) et abandonna sa paroisse en mars 1790 pour prendre le chemin de l’exil. Il avait caché avant son départ les vases sacrés de son église. Il fut accusé plus tard par le curé institutionnel, Mr Delaplace, de les avoir dérobés. Ce dernier prit possession de sa cure usurpée pendant la semaine de la passion 1790. On ne savait rien de ses antécédents, ni quelles fonctions il avait exercé avant de venir à Fournes. Il eut pour auxiliaires assermentés comme lui, Mr Lemosne puis Mr Crespel. Il y resta 3 ans et fut remplacé par plusieurs autres prêtres du « même genre ».
Si un certain nombre d’habitants acceptaient les secours de la religion des mains des prêtres assermentés, il est prouvé que d’autres refusaient énergiquement l’intervention de ces prêtres institutionnels au moment de leur mort. En punition de leur manque d’obéissance aux lois tyranniques, la municipalité les faisait enterrer civilement.
L’an 1792, 1er de la République Française, le 12 Novembre, les citoyens Pierre François Eugène Carpentier, commandant la Garde Nationale et Adrien Tilloy, tous deux notables de Fournes, pénétrèrent dans l’église de Fournes pour y inventorier tous les biens afin de satisfaire à la Loi du 10 septembre 1792. On y trouva 87 onces d’argent, 1 once ¼ d’or qu’on envoya à la Monnaie de Lille et des bijoux qu’on vendit à Fournes pour acheter les vases sacrés nécessaires au culte constitutionnel.
Tilloy et Carpentier dépouillèrent l’église. Les ornements furent transformés en vêtements, le baptistère en cuivre et les quatre plus petites cloches furent envoyées à Lille pour y être converties en monnaie. On réserva cependant pour les solennités publiques et les jours de Decadi (10ème jour chômé du calendrier républicain) la plus grosse cloche pesant 3000 livres. Une femme prénommée Henriette, impie et méchante, chargée des sonneries, entoura la cloche d’un cordon et la fit sonner en cet état ; elle se fêla aussitôt et se brisa. Les débris livrés à la Monnaie, on obtint en échange, l’une des trois cloches du Maisnil qui subsista jusqu’en 1878. L’église dépouillée fut vendue à un certain Durot de Wazemmes pour la modique somme de 425 Frs, par adjudication du 24 Floréal, an7.
On avait enlevé toutes les statues qu’on mutila à coups de sabre et on les jeta dans un jardin voisin. L’antique statue du Dieu de Pitié fut oubliée. Celle de Notre-Dame des Sept Douleurs fut sauvée bien que mutilée. Par un bonheur inespéré, la statue de Notre - Dame de Fournes resta dans sa niche sans que nulle personne n’y porte les mains.
Du cimetière, on exhuma et jeta au vent les cendres des sires de Rouvroy, anciens seigneurs de Fournes.
L’église servait de lieu de réunion aux membres de la Société Populaire et Révolutionnaire. Le culte de la déesse Raison fut instauré dans le Lieu Saint. La chaire était utilisée comme tribune : les patriotes y dénonçaient ceux qui refusaient les assignats ou qui respectaient encore le dimanche, dédaignant les « Decadi ». Des listes de suspects étaient établies pour être livrées au Comité du Salut Public. L’esprit révolutionnaire avait envahi un grand nombre des habitants de Fournes. Parmi les plus exaltés, on remarquait le citoyen Quempe, clerc constitutionnel et instituteur, ainsi que Carpentier, célèbre pour ses impiétés et les attentats sacrilèges qu’il commit dans l’église.
A cette époque, des bandes de brigands connus sous le nom de chauffeurs, parcouraient le pays et jetaient l’épouvante dans les fermes et les maisons isolées. Ils « chauffaient » à la flamme du foyer les pieds de leurs victimes jusqu’à ce que celles-ci leur fissent connaître le lieu où se trouvait caché l’argent de la maison.
La grande majorité des habitants était lasse de ces temps d’anarchie et souhaitaient des jours plus tranquilles.
A la fin des persécutions religieuses, les Fournois s’empressèrent de racheter et de restaurer l’église au moyen de souscriptions qui recueillirent 1212.3Frs.
Ainsi se terminaient les tristes jours de la révolution.

Notre - Dame de Fournes


Il est certain qu’en 1046 Fournes a déjà son église ; en effet, une charte de la même date dit que Gérard 1er, Evêque de Cambrai et d’Arras, avait donné l’église Notre - Dame de Fournes et ses dépendances à l’Abbaye de St André du Câteau. Tout porte à croire qu’à cette époque, elle n’est qu’un modeste édifice.
C’est le culte de Notre - Dame de Fournes qui fit le renom de Fournes.
Les pèlerinages à ce sanctuaire sont très anciens. On y vient déjà du temps des Croisades (selon les Annales Gallo-Flandriae.R.P.Buzelin) mais c’est surtout vers le XIVème siècle que les pèlerinages deviennent célèbres. Les donations faites en reconnaissance des grâces reçues sont nombreuses et considérables. Elles ne consistent pas seulement en ornements artistiquement brodés, en vases d’or et d’argent, mais ce sont aussi des terres, des jardins, des dîmes, des rentes…

Toutefois, au début du XVème siècle, l’église de Fournes a les proportions d’une église de village. A cette époque, des reliques considérables sont exposées à la vénération des fidèles. Elles sont contenues dans une magnifique châsse revêtue d ‘or et d’argent :
« On y voyait du lait de la Sainte Vierge, de ses cheveux, de son habit et de son voile, le bras entier d’un martyr et une multitude d’autres ossements sacrés ». Les reliques de la Sainte Vierge avaient été rapportées de Terre Sainte par un Croisé, seigneur de Fournes. La Basilique de Notre - Dame de la Treille de Lille possède encore une relique des cheveux de la Sainte Vierge. Le Père Quaresmius, franciscain apostolique de la Terre Sainte, rapporte :
« A deux cents pas environ de la Grotte de la Nativité à Bethléem, se trouve une autre grotte dédiée à la Sainte Vierge. C’est là que Marie, en allaitant Jésus, aurait laissé tomber quelques gouttes de son lait et aurait communiqué à la terre une vertu miraculeuse pour les femmes ne pouvant nourrir leur enfant.»
Selon un ancien écrit arménien, les reliques dites « du lait de la Très Sainte Vierge »n’étaient autres que de la Terre de cette Grotte, délayée et séchée au soleil et c’est une relique semblable que possédait l’église de Fournes.
En 1566, les Gueux, tentés par l’appât d’un riche butin, après avoir pillé l’église d’Armentières et celle de Fromelles, se dirigent sur Fournes. L’église est complètement dépouillée, la châsse profanée, les reliques jetées par terre, l’or et l’argent enlevés.
Cependant les fidèles recueillent les reliques ainsi que la statue de Notre - Dame que les Gueux n’avaient pu emporter, cette dernière devenant miraculeusement si lourde qu’ils se trouvèrent forcés de la laisser. Les fidèles ne tardent pas à venir en foule remplacer les biens perdus, par leur générosité.
En 1582, la foudre tombant sur le clocher, fit fondre les cloches menaçant d’incendier l’église. Le clocher est rapidement reconstruit.
Au début du XVIIème siècle, Monseigneur Hermann Ottemberg, Evêque d’Arras, vient à Fournes vérifier l’image miraculeuse de Marie ; il reconnaît les reliques profanées par les Gueux et les renferme lui-même dans une châsse moins riche que la précédente.
En 1642, les Fournois se réfugient dans l’église pour échapper aux vexations des soldats espagnols qui se rendaient au siège de La Bassée. Pour les punir, les soldats y mettent le feu. L’église est bientôt un immense brasier : la statue de Notre - Dame et les précieuses reliques sont consumées. En cette même année, les fidèles se préoccupent de rebâtir leur église et la statue de Notre - Dame est remplacée par celle qui existe encore aujourd’hui. Elle porte gravée sur son socle la date de 1642 ; elle est en bois de poirier.
Les habitants de La Fresnoye, très pieux et généreux, prennent en charge le traitement du vicaire, son loyer ainsi qu’un supplément pour le clerc. Ils refont à leurs frais la porte extérieure du clocher et paient les honoraires des prédicateurs du Carême qui sont à tour de rôle, jusqu’à la Révolution, les Récollets de Rosembois et les Augustins de La Bassée.
Le clocher qui avait beaucoup souffert dans l’incendie de 1642 exige de grandes réparations ainsi que le chœur et la sacristie. En 1750, le bailli convoque les marguilliers et les notables de Fournes et décident d’un commun accord que les réparations incombent aux abbés et religieux de l’Abbaye de Saint-André du Câteau qui perçoivent la dîme. Ces derniers refusent et après deux années d’expertises, une sentence du souverain baillage de Lille en date du 10 février 1752, oblige les religieux du Câteau à reconstruire le chœur et la sacristie avec les agrandissements souhaités par les Fournois et à consolider les bases du clocher. Les travaux sont terminés en 1759.
Pendant la Révolution, Fournes n’est pas préservé de l’esprit d’impiété qui souffle sur la France. L’église est dépouillée de tous ses ornements et objets du culte et vendue pour un prix dérisoire à un certain Durot de Wazemmes. Elle sert de lieu de réunion à la société populaire et révolutionnaire de Fournes. La statue de Notre - Dame est préservée.
En 1802, le culte catholique est rétabli. Les Fournois rachètent l’église. Tout y manque mais en peu de temps, l’église redevient ce qu’elle était avant ces mauvais jours.

En 1840, l’église étant trop petite et incommode, le curé Mr Ducroquet, ouvre une souscription pour la transformer et l’embellir.
Une nouvelle nef Saint-Joseph est ajoutée fin 1840. La nef Saint-Nicolas est démolie et un mur est élevé pour séparer le chœur devenu sacristie.
Malgré ces agrandissements, l’église est toujours trop petite pour la population et ses pensionnats. La châtelaine d’alors, Madame Casteleyn lègue une somme importante pour subvenir aux améliorations. Cette somme placée à intérêts capitalisés ne sera utilisée qu’à partir de 1910.
La façade de l’église est en briques. Chacun des trois portails peints en vert, est surmonté d’une fenêtre en ogive. Sur celui du milieu, « le grand portail », une grande croix sans Christ, aux dimensions du portail lui-même, avec de gros clous forgés et l’inscription I.N.R.I. au sommet. Le clocher est doté d’une horloge monumentale à quatre cadrans. L’église paraît aussi large que profonde : quatre travées seulement. Des dalles en pierre bleue en bien des endroits, cèdent la place à des pierres tombales dont les inscriptions s’effacent.
Peu à peu, l’église se meuble et s’enrichit : de grandes orgues magistralement tenues par la famille Delval et surtout par le Maître Alex, quatre magnifiques vitraux de prix « Le Mariage de la Sainte Vierge » et « le Baptême de Notre Seigneur » placés dans le chœur, « Laissez venir à moi les petits enfants » dans la Chapelle de Saint- Michel et « La Mort de Saint Joseph » près de l’autel de même nom. Deux vitraux- grisailles viennent éclairer agréablement les deux plus petites fenêtres du chœur. Le Maître –Autel en bois sculpté provient en partie de Rosembois. La nef latérale droite est dédiée à sainte Philomène. C’est l’emplacement de l’église primitive. L’autel y est surmonté de la statue de la Sainte et le fond est garni d’une toile peinte la représentant. Elle est meublée des seules stations de Chemin de Croix et d’un modeste confessionnal ; un socle supportant la statue de Saint Antoine de Padoue y est dressé.
Cette nef est réservée au pensionnat de l’Education Chrétienne. A la seconde volée de cloches annonçant messe ou vêpres, deux à deux, les élèves s’avancent vêtues d’une pelisse au col blanc, accompagnées des religieuses. L’hiver, elles portent toutes à la main une sorte de boîte en fer, chauffe-pieds rempli de braises incandescentes.
Les religieuses ont leur chapelle mais elles aiment l’église de Fournes et on les y voit souvent.
En prolongement de la nef Sainte Philomène, se situe la chapelle Saint -Michel, seule partie de l’église ayant échappé aux désastres successifs : on l’appelle aussi la Chapelle des Fonts de baptême. Une balustrade la sépare de l’église.
De chaque côté de l’autel, deux statues : le Dieu de Pitié, statue datant du début du XVIème siècle, objet de vénération de toute la paroisse et une grande Vierge en bois d’une réelle beauté. Jadis, le Dieu de Pitié était placé à l’extérieur de l’église, adossé au mur Nord. Il est fait mention de cette statue dans certains actes du XVIème siècle et il est probable qu’elle est d’une antiquité beaucoup plus reculée. Il est représenté attaché à la colonne, couronné d’épines et venant de subir l’affreux supplice de la flagellation. L’exécution n’est pas artistique et pourtant le sculpteur a su donner à Notre Seigneur un air de souffrance résignée.
On raconte qu’en 1793, on voulut l’enlever de sa niche pour le traîner dans les rues du village; on le fit donc tomber par terre, on attela des chevaux, mais on ne parvint jamais à le faire bouger. Il fallut renoncer à l’entreprise après l’avoir mutilé. Le soir venu, les Fournois transportèrent facilement cette masse énorme et la portèrent dans l’église où elle y demeura durant la Révolution.

 

Des seigneurs de Fournes au 1er maire

Le village de Fournes existait de manière certaine au XIème siècle. En effet, Fournes est mentionné dans une charte de 1046 dans laquelle Gérard 1er, Evêque de Cambrai et d’Arras, donne l’église de Fournes et ses dépendances à l’Abbaye de St André du Cateau-Cambresis, avec pour droit unique, celui de lui payer 12 deniers annuellement. Cette donation fut confirmée par l’Empereur Conrad en 1033 selon les uns et selon d’autres en 1146.
Quant au nom de Fournes, il viendrait du mot celtique FORN ou du latin FURNES qui signifient tous deux FOUR. Il se peut que notre village doive son nom aux fours à poteries.
Le pays de Weppes, du latin « vesperas » (soir, situé à l’Ouest) quartier de l’ancienne châtellenie de Lille, avait Wavrin pour capitale et comprenait 37 villages, dont Fournes.

La terre de Fournes dépendait à l’origine de la seigneurie de Wavrin, selon un acte de 1193. Notre village eut donc pour premiers seigneurs, les nobles sires de Wavrin, personnages considérables dans l’histoire de la Flandre, par leurs exploits, leur valeur et leur piété.
En l’an 1014, la famille de Wavrin était divisée en deux branches. La branche aînée vit sortir de son sein, la famille Beaufremetz. Thomas de Beaufremetz, vassal du sire de Wavrin, épousa l’héritière de Fournes. Le fils aîné, Thomas, fit bâtir un château-fort dans l’île de Coupigny.
Les Beaufremetz se succédèrent jusqu’en l’an 1414, date à laquelle, la dernière des Beaufremetz, Agnès, épouse Jean de Hingettes, désigné de son château, Jean de Coupigny.
En 1440, la maison de Fournes passe dans la maison d’Englos, sans doute par alliance entre la fille de Jean de Coupigny et Robert d’Englos.
La petite fille de Robert d’Englos épouse Pierre des Lobes vers 1449.
Après le décès du dernier héritier direct de Robert d’Englos, Simon de Gillon, la seigneurie de Fournes est vendue en 1500 à Antoine de Rosimbois qui la revend presqu’aussitôt à Robert de Ranchicourt, seigneur des Mottes à Fournes qui fit ainsi revivre en sa famille, le titre de seigneur de Fournes, dont il se disait héritier par ses ancêtres.
La famille de Ranchicourt était très ancienne. On retrouve ce nom en 1096.
Pierre de Ranchicourt, Evêque d’Arras en 1470, consacra la cathédrale de Cambrai sous l’épiscopat de Jean de Bourgogne. Cette famille était considérable par ses alliances avec les principales familles de Flandre et d’Artois.
Pierre, le fils de Robert de Ranchicourt, seigneur de Fournes en 1520, fit tailler dans une pierre l’image de Notre Dame des Sept Douleurs. Cette pierre est taillée en bosse et porte la Vierge aux sept glaives dans une niche gothique. En dessous, les initiales P.R flanquant un blason aux armes des Ranchicourt et au-dessous, une inscription en caractères gothiques :
« P. de Ranchicourt et de Fournes en l’an 1522 »
Pierre de Ranchicourt ne laissa qu’une fille qui épousa Guy de Bournonville vers 1540. Leur fils unique, Oudart fut seigneur de Fournes, Wasquehal, Bondues et autres lieux.
Son fils Alexandre porta le titre de Prince, épousa Anne de Melun et resta longtemps seigneur de Fournes. Il vendit la seigneurie de Fournes à la famille de Mérode qui elle-même la céda en 1732 à jacques Alexandre François de Rouvroy, trésorier du bureau des finances de Flandre. Son fils J.B. Louis de Rouvroy fut le dernier seigneur de Fournes.
Outre le château fort de Coupigny et celui de Rosembois dont les seigneurs formèrent une famille illustre honorée sous les Comtes de Flandre, les Ducs de Bourgogne et les Rois d’Espagne, Fournes possédait d’autres châteaux, tenus en fief de la seigneurie de Fournes :
- Le château d’Hocron dont la seigneurie appartenait à Jean Mallet en 1300. Son fils épousa l’héritière des seigneurs de Coupigny, Jean de Beaufremetz. Elle appartint ensuite à la famille Hespel
- Le château des Mottes, propriété de la noble famille de Ranchi court au XVème siècle
- Le château de la carnoye qui appartenait au seigneur de même nom également seigneur des Prés.
Un décret de 1789 supprima les seigneuries et baillages et les remplaça par des conseils municipaux composés d’un maire et d’un certain nombre d’officiers municipaux et de notables.
Le 26 janvier 1790, les principaux habitants se réunirent dans l’église en vue d’élire le maire de la commune, les officiers municipaux et notables.
Mr Hyppolyte Prudent Charlet donna sa démission de bailli et ayant réuni tous les suffrages, fut proclamé 1er maire de Fournes.

PORTES OUVERTES GENDARMERIE DE LILLE

La gendarmerie de Lille ouvre ses portes le 22 septembre 2019 de 10h à 18h au parc des Ansereuilles à Wavrin

GENDARMERIE 22 09

PARCOURS DU COEUR 28 AVRIL

Venez tous participer au parcours du coeur!

FLYER PARCOURS DU COEUR

REPAS DES AINES 2018

Le mercredi 5 décembre, près de 180 personnes ont assisté au repas des aînés organisé par Régine Mahieu, quelques membres de sa Commission des Fêtes, du CCAS et quelques volontaires.
Tous ont beaucoup apprécié le repas animé par un magicien et un orchestre d'accordéons.

 Repas 1 Repas 2

 Repas 3 Repas 4

 Repas 5 Repas 6

 Repas 7 repas 9

 Repas 10 Repas 11

 repas 9 Repas 13

Repas 14 repas 15

 repas 16 repas 17

 repas 18 repas 19

 repas 20

COMMÉMORATION DU 11 NOVEMBRE

A l'occasion du centenaire de l'Armistice de la Guerre 1914 - 1918, nombreux étaient les Fournois venus se recueillir sur les tombes des Fournois morts pour la France sur lesquelles les enfants ont déposé des drapeaux.
Puis, tous se sont acheminés vers le Monument "A nos Morts Glorieux" place de l'église puis vers le Monument aux Morts "Aux Soldats Glorieux" pour les traditionnels dépôts de gerbes.
Les enfants ont ensuite lu à tour de rôle le nom des Fournois décédés pour la France, puis entonné "la Marseillaise".
Wepp'Harmonie a accompagné la cérémonie avec la "Sonnerie aux Morts" et la "Marseillaise".

20181111 120512     20181111 121315

20181111 122213    46074304 913767402151064 3770672142731968512 n1

 

VISITE DE L'EXPOSITION "LA LIGNE YPRES-ARRAS 1418"

Vendredi matin, les enfants des écoles étaient invités à la visite commentée de l’exposition "La Ligne Ypres-Arras 1418". Ambiance studieuse et motivée de tous ces enfants curieux et porteurs de paix.

45593347 969743073233458 7181500904518975488 n     IMG 20181109 095103169 BURST000 COVER     

45915535 969743119900120 4362485002231873536 n     IMG 20181109 110730956     


Les artistes Laurent Mayeux et Virginie Gallois en cours de présentation de leurs travaux et de leur projet. Merci à eux !
                                          45679805 913000212227783 8711313988442390528 n

INAUGURATION DU CLOS D'HESPEL

Ce dimanche 15 septembre 2018, les Fournois étaient invités à l'inauguration du nouvel aménagement du Clos d'hespel en présence des représentants des villes voisines, du Conseil Départemental et de M. Eric Bocquet, sénateur.
M. le maire a félicité les entreprises ayant participé aux travaux et indiqué les nombreux retours positifs des Fournois et non Fournois sur cet aménagement.
Un vin d'honneur était offert à l'issue de cette cérémonie. De nombreux Fournois s'étaient déplacés pour cette occasion. Wepp'harmonie, un magicien, un sculpteur de ballons, une maquilleuse et un caricaturiste ont animé cet .apéritif convivial!
Un food truck a permis à ceux qui le souhaitaient, de déjeuner sur place, en musique.

 

inauguration 1  inauguration 2

inauguration 3 inauguration 4

inauguration 5 inauguration 6

inauguration 7 inauguration 8

inauguration 9 inauguration 10

inauguration 11 inauguration 14

 inauguration 15 inauguration 12

 

DINER SPECTACLE DUCASSE 2018

Très gros succès du diner animé par le Chorus Jazz Band de Wavrin ce samedi 15 septembre 2018. Ce diner organisé par Régine Mahieu et les membres de sa Commission a réuni près de 200 personnes à la salle du Clos d'Hespel ! Les participants ont pu apprécier le jeu et l'excellence des musiciens et de leur nouvelle chanteuse Marion!

 soirée 1 soirée 6

soirée 2 soirée 7 

soirée 4 soirée 3

soirée 8

CENTENAIRE DE L'ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE

La Préfecture nous informe...
"A l'occasion du centenaire de l'armistice de la première guerre mondiale qui sera célébré le 11 novembre prochain, il est proposé aux habitants du département du Nord, d'orner les fenêtres de leurs maisons ou appartements d'un drapeau tricolore. 
De même, les cloches des églises carillonneront ce 11 novembre à 11h pendant 11 minutes".

FORUM DES ASSOCIATIONS 2018

Comme chaque année maintenant, il y avait foule au Forum des Associations organisé par la mairie ce samedi matin 8 septembre, salle du Clos d'Hespel. Les nombreuses associations de Fournes ont pu expliquer leurs activités et prendre les inscriptions pour la rentrée!

Forum 2 9 2018 Forum 3 Forum 4 9 2018

Forum 6 9 2018 Forum 5 9 2018 Forum 8 9 2018 

Forum 7 9 2018 Forum 9 2019 Forum 9 9 20189

Forum 11 9 2018 Forum 12 9 2018 Forum 14 9 2018

Forum 15 9 2018 Forum 16 9 2018 Forum 17 9 2018

Forum 18 9 2018 Forum 19 9 2018

FETE DU 14 JUILLET

Nouvelle formule cette année pour les festivités du 14 juillet ! Rendez-vous avait été donné par Régine Mahieu et sa commission au complexe sportif. Deux très grandes  structures gonflables ont fait la joie des enfants et des plus grands de 18h à 22h ! Un food truck a régalé avec beaucoup de succès les très nombreux participants de cette soirée installés à l’ombre des tonnelles. Avant le feu d’artifice, un musicien avec son orgue de barbarie a fait chanter l’assistance sur des airs connus.

Un magnifique feu d’artifice a clôturé cette soirée très conviviale !

14 juillet 2018 1  14 juillet 2018 7

14 juillet 2018 2 14 juillet 2018 6

14 juillet 2018 5

CEREMONIE APPEL DU 18 JUIN 1940

Remise de gerbe au Monument aux Morts ce jour en souvenir de l'appel du 18 Juin 1940 du Général de Gaulle.

18 juin 2018

SOIREE IMPROVISATION AVEC LES GROMMELOS !

Ce samedi 19 mai 2018, les Grommelos ont ravi les spectateurs par leurs improvisations.

 Grommelos 19 05 2018 1 Grommelos 19 05 2018 2 

                                                     Grommelos 19 05 2018 3

 

LES MEDAILLES DU 1ER MAI 2018

Ce mardi 1er mai, M.le maire Daniel Herbaut a décoré les nouveaux médaillés du travail : 

Echelon ARGENT :        Vincent CALOONE - Grégory D’HOUNDT - Patrick HIMBLOT - Barbara LEJEUNE - Marc DELDICQUE - Philippe DESCHUTTER   Echelon VERMEIL :        Anne Michèle CORNEILLIE - Philippe CORNEILLIE - Didier LOUCHEZ - Laurent RAYMOND - Christine D’HOUNDT - Philippe     DESCHUTTER - Serge DESCHUTTER
Echelon OR :                  Christian BENIER - Agnès LECAS - Laurence PLANCQ - Dominique DECOBERT - Brigitte DEHOUVE - Philippe DESCHUTTER    Serge DESCHUTTER
Echelon GRAND OR :  Didier DESAIN - Marie-Michèle LOUCHEZ - Claude OPSOMMER - Philippe DESCHUTTER - Véronique THEVENET  

1er mai  

PORTES OUVERTES DES ATELIERS D'ARTISTES

Le Département du Nord propose une nouvelle édition des Portes ouvertes des ateliers d’artistes les 12,13 et 14 octobre 2018.

Comme chaque année, la manifestation se déroulera également sur le territoire du Pas-de- Calais (5-6-7 oct.) et en Flandre occidentale (19-20-21 oct.).
En 2017, un millier d’artistes répartis dans environ 200 communes ont participé à cette fête des arts plastiques et suscité plus de 45 000 visites.
La manifestation s’adresse aux artistes amateurs, professionnels ou confirmés, qu’ils soient peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes, créateurs multimédia…
Les artistes peuvent :
-          S’inscrire directement en ligne sur le site poaa.lenord.fr
-          Ou télécharger le dossier de demande d’inscription à retourner dument complété.

La date limite d’inscription a été fixée au 13 mai 2018.

PARCOURS DU COEUR 2018

Ce dimanche 8 avril à Fournes En Weppes s'est déroulé l'édition 2018 du parcours du coeur.

2Parcours du coeur 20183Parcours du coeur 2018

AVIS A LA POPULATION !

Surtout ne pas appeler ces numéros surfacturés (cliquer ici). 

NETTOYONS A NATURE

Ce matin, une trentaine de Fournois ont répondu à l'invitation de la mairie pour nettoyer les différents quartiers de notre village. Peu de déchets au centre de notre village grâce aux employés municipaux mais des fossés très "encombrés" dans les hameaux.!
Avis aux fumeurs : les mégots sont des déchets toxiques et mettent plus de 10 ans pour se décomposer!!

Nettoyons la nature 2018

 

LA GALETTE DES ROIS

Le club des aînés a fêté l'Epiphanie ce lundi 8 janvier 2018. Ils étaient nombreux et contents de se retrouver après la trève de Noël !

galette des rois des aînés 2017 1 galette des aînés 2017 2

LE TELETHON 2017 A FOURNES

C'est avec un peu moins de participants que l'an dernier que s'est déroulé le loto du Téléthon 2017. De super lots offerts par les commerçants et la municipalité ont réjoui les nombreux gagnants.

Décembre 2017 Téléthon Décembre 2017 Téléthon 1

REPAS DES AINES 2017

Trés bonne ambiance ce mercredi 6 décembre 2017 lors du repas partagé par les 168 aînés ayant répondu à l'invitation de la Mairie pour le traditionnel repas de fin d'année.

WhatsApp Image 2017 12 08 at 09.22.15WhatsApp Image 2017 12 08 at 09.23.17WhatsApp Image 2017 12 08 at 09.28.34WhatsApp Image 2017 12 08 at 09.30.26WhatsApp Image 2017 12 08 at 09.32.22

   

   

Le Madrigal de Lille en concert à Fournes en Weppes

Le Madrigal de Lille se produira en concert à Fournes en Weppes Cliquer ici pour consulter 

 

  

 

 

 

EXPOSITION SIMON FRASER

L'Office du Tourisme organise une exposition Simon Fraser en mairie du 7 au 14 novembre. Venez nombreux !

expo fournes

SPECTACLE "QUELLE AVENTURE" LE 25 OCTOBRE

CONCERT DE WEPP'HARMONIE LE 21 OCTOBRE A 20 H

Ce samedi 21 octobre, Wepp'Harmonie donnera son concert d'automne. Rendez-vous salle du Clos d'Hespel à 20H ! Venez nombreux !

Cliquer ici

GROUPE BONNE NOUVELLE A FOURNES LE 14 OCTOBRE

BonneNouvelleConcertFournesEnWeppes Mail

DIMANCHE DE DUCASSE A FOURNES

Le matin à 10h30, rencontre avec la nature animée par le Professeur Guinguette ! 

balade contée

Maquillage sculture de ballons et jeux d'adresse étaient à disposition des fournois le dimanche après midi !

20170917 171247 ConvertImage

20170917 171625 ConvertImage

SAMEDI DE DUCASSE A FOURNES

Carton plein pour la soirée cabaret organisée par la Commission Fêtes de Fournes en Weppes ! Excellent spectacle qui a réuni plus de 170 convives animé par la troupe des Grommelos !

 spectacle 2 spectacle

spectacle 3 spectacle 5

spectacle 6 spectacle 8

Dans l'après midi, les Foulées fournoises avaient enregistré un nombre record de participants jeunes et moins jeunes, marcheurs et coureurs.

Foulées  foulées 3

Foulées 2 Foulées 4

Trop petite la salle Mal et Bonnel qui accueillait un spectacle de marionnettes ! Sorcelinette a enchanté petits et grands

marionnettes marionnette 2

FORUM DES ASSOCIATIONS 2017

Le 9 septembre 2017, le forum des associations a connu comme l'an dernier un très grand succès en nombre d'associations présentes et en nombre de visiteurs.
Forum 2017 2 Forum 2017 3  Forum 2017 4

 

13 JUILLETA FOURNES : JEUX GONFLABLES - FEU D'ARTIFICE ET SOIREE DANSANTE

 

AFFICHE FEU D ARTIFICE 2017

La MEL à l'écoute de ses habitants

Le lundi 3 juillet à 19 heures, salle des fêtes Manu Coutin, 2 rue de Fournes à Beaucamps en Ligny.

Pour plus d'informations cliquer ici :

                                                   

 

CELEBRATION DU 8 MAI SOUS LA PLUIE

Remise des gerbes sous la pluie ! Quelques dizaines de participants, les enfants et les musiciens ont animé cette cérémonie du souvenir.
Tous se sont retrouvés à la mairie pour le traditionnel vin d'honneur.

 

8 mai 1 8 mai 2 8 mai 3

 

 

 

RESULTAT DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES 7-5-2017

elections presidentielles 07 05 2017

SOUVENIR DES VICTIMES ET HEROS DE LA DEPORTATION

Message pour la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation.

Comme chaque année, ce dernier dimanche d’avril est consacré à la journée du souvenir des victimes et héros de la Déportation. La tragédie des camps de concentration nazis et le courage de ceux qui ont lutté pour la sauvegarde de la dignité humaine doivent rester présents dans les mémoires. Il faut, sans relâche, répéter que cette célébration n’est pas uniquement tournée vers l’histoire mais bien vers notre présent et notre avenir. La dénonciation du nazisme n’a de sens que si elle s’accompagne d’un combat acharné, sans la moindre compromission, contre les formes actuelles de résurgence de cette idéologie de mort. Face à la montée du nationalisme, de la xénophobie, du racisme et de l’antisémitisme, au déchaînement de fanatismes politiques ou religieux et à la fréquente remise en cause des principes du droit et de la démocratie, le message des déportés est d’une brûlante actualité. Les conflits qui déchirent le Moyen Orient et d’autres parties du monde, les millions de femmes, d’hommes et d’enfants obligés de fuir les lieux de combat, le terrorisme international, les semeurs de haine, la tentation des pays à se replier sur eux-mêmes au détriment de l’indispensable solidarité, tous ces éléments requièrent une action commune contre ces dangers qui menacent l’avenir.

La journée du souvenir nous donne donc l’opportunité de concrétiser notre hommage en lançant un appel pour que tous les efforts soient poursuivis afin de donner son plein sens à la devise de la République :

                                             Liberté-Egalité-Fraternité

30 4 2017 dépôt gerbe 30 04 2017

 

 

MEDAILLES DU 1er MAI

Médaillés 1er mai 

Échelon Argent

- M. Beaucamp Francois - Mme Dehouve Brigitte

  Échelon Vermeil

- Mme Drelon Paule - Mme Kramarz Marie Jo - Mme Dehouve Brigitte - M. Spicht Laurent

Échelon Or

- Mme Deco Bethune Liliane - Mme Kramarz Marie Jo - M.Kramarz Jean Pierre - Mme Leuliet Véronique 

Échelon Grand Or

- Mme Kramarz Marie Jo - M.Kramarz Jean Pierre 

RESULTAT 1er TOUR DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

ELECTIONS

PARCOURS DU COEUR LE 12 MARS 2017

Le dimanche 12 mars, a eu lieu comme chaque année à Fournes, la journée "Parcours du coeur" organisée par l'Association Française de Cardiologie. Le docteur Jean Michel Lemahieu a expliqué le fonctionnement du défibrillateur et en a fait la démonstration ainsi que les premiers gestes d'urgence. Quelques adhérents au club Jeunes ayant bénéficié d'une formation " gestes de 1er secours" pendant les vacances de février, sont venus en renfort pour les diverses démonstrations.
2 parcours fléchés (5km, 9km) ont ensuite été proposés pour la marche, le vélo et la course aux nombreux participants de cette manifestation.

P1010909 ConvertImage Coeur 1 P1010924 ConvertImage Coeur2 

P1010925 ConvertImage Coeur3

JOURNEE HAUTS DE FRANCE PROPRE

Ce dimanche 19 mars, une trentaine de Fournois avaient répondu à l’appel lancé pour participer à l’opération « Hauts de France propres » initiée par la Région à laquelle la mairie de Fournes a voulu s'associer.

Equipés de chasubles fluorescentes pour la visibilité et la sécurité, armés de gants, de pinces et autres sacs poubelles, les bénévoles se sont rendus dans les différents quartiers et hameaux pour rendre notre village plus propre, sous la houlette de Régine Mahieu Michel Lobbedey et Guillaume Wgeux, organisateurs de la matinée, et avec l’aide des agriculteurs Fabien Coustenoble et Olivier Lefebvre.

On trouve « de tout » dans notre environnement, et on peut s’offusquer de tant d’incivilité…. La palme revient sans doute aux fossés dans lesquels s’accumulent bouteilles, canettes, restes de repas…. Dire que la plupart du temps il s’agit là de déchets recyclables !

Rien de tel donc qu’un peu de civisme face à tant d’incivilités, la tâche n’était pas forcément très « drôle ». merci à ceux qui l'ont fait ! Gageons que pour la prochaine action il y ait moins de déchets à ramasser d’une part, et que davantage de Fournois se mobiliseront !

L’enjeu est important et nul ne peut être insensible à un tel appel alors même que l’environnement, le cadre de vie, voire l’écologie font partie de nos préoccupations au quotidien !

Journée Propre P1010975 ConvertImage

 

APRES MIDI AINES LE 2 MARS 2017

Ce jeudi, la mairie avait organisé un après-midi récréatif pour les aînés. Une cinquantaine de personnes avaient répondu présent. Après la rétropective des évènements 2016, Satnis Volnik a présenté des films réalisés il ya une dizaine d'années sur la culture de tabac chez Lucien Plancq à Fournes, la restauration de la coupole de l'église ainsi que quelques images d'automne. 3 accoréonistes ont ensuite pris le relais pour interpréter et chanter des chansons toutes connues des aînés.

Encore un très bel après midi dans la bonne humeur et le partage !

AP 1 AP 2

 

AP 3 AP 4

 

AP 5

 

NOCES DE PLATINE A FOURNES !

Jeanne et Albert Wallart, les mariés de 1946, repassent à la mairie !
C’est une première dans le village ! Il faut dire que 70 ans, de mariage, ce n’est pas courant. Jeanne et Albert, 92 ans, se sont de nouveau apprêtés pour passer devant monsieur le maire et fêter à la mairie leurs noces de platine en présence de leur famille et de nombreux amis. Une première au village.
Jeanne Parrain et Albert Wallart se sont rencontrés à Illies et se sont mariés à la mairie de La Bassée. Après une dizaine d’années à cultiver la terre, ils décidèrent, en 1959, de devenir les gérants du cercle paroissial de la rue Faidherbe, à Fournes.
Ce sera le début d’une grande aventure, des années fastes du commerce local bercées par la tenue de combats de coqs ou de séances de cinéma, de kermesses ou de repas de mariage, de l’école agricole ou d’arbres de Noël. C’est aussi là qu’allait s’installer Radio Weppes dans un local situé derrière le café.
Féru de football, Albert sera celui qui fera renaître en 1975 le Sporting-club fournois.
Jeanne et Albert, c’est aussi et avant tout une belle famille de cinq garçons, dix petits-enfants et treize arrière-petits-enfants. «  Pour cette joie de vivre et cette chaleur que vous avez toujours su donner autour de vous, la municipalité vous félicite  ». Un sentiment partagé par l’assistance touchée par ce couple qui aura marqué l’histoire du village.

Noces platine 1 ConvertImage

 

 

 

 

 

 

 Noces platine 2 ConvertImage

SPECTACLE DE NOEL POUR LES ENFANTS DES ECOLES

petit icone fleche A l'approche des vacances de Noël, les enfants des écoles de notre commune ont été invités comme chaque année à un spectacle, salle du Clos d'Hespel. Superbe représentation et des enfants sous le charme, des moments pleins de poésie et de tendresse avec ce spectacle "Toi ici, moi là"

Joyeux Noël et bonnes vacances à tous les enfants, leurs enseignants et le personnel des écoles !!

P1010631 redimensionnéeP1010633 redimensionnéeP1010634 redimensionnéeP1010635 redimensionnéeP1010636 redimensionnée

 

 

LE TELETHON A FOURNES

Le Telethon 2016 organisé par l'équipe municipale a permis de recueillir 1861 euros de dons pour la recherche médicale qui fait des progrés grâce à ce type d' actions dans toute la France. A Fournes, la bourse aux jouets puis la soirée Loto ont ainsi contribué à alimenter la récolte de fonds tout en faisant passer des moments conviviaux entre Fournois.

P1010507   P1010498  P1010477

REPAS DES AINES 2016

Trés bonne ambiance lors du repas partagé par les 170 aînés ayant répondu à l'invitation de la Mairie pour le traditionnel repas de fin d'année.

P1010581   P1010561P1010568

 P1010558  P1010540

CELEBRATIONS DU 11 NOVEMBRE

petit icone fleche  Après la levée du drapeau au cimetière, les participants aux cérémonies ont rendu hommage aux victimes des conflits, à chacun des deux monuments présents dans notre commune. Les dépôts de gerbes ont été accompagnés par Wepp'Harmonie et par les nombreux enfants des écoles qui ont récité un poème, chanté la Marseillaise puis cité les noms de chacun des "Morts pour la France" inscrits sur le Monument aux Morts, place du 4 septembre.
Merci tout particulier à notre harmonie et aux écoles qui ont su mobiliser les enfants et leurs parents.
Nous sommes tous sensibles à ce devoir de mémoire qui tend à devenir, tel qu'indiqué par le discours officiel repris à l'occasion de ces cérémonies, un "travail de mémoire".    

Voir la vidéo

IMG 4194 compresséeP1010444 compresséeP1010448 compresséeIMG 4204IMG 4206

 

JOYEUX ANNIVERSAIRE A WEPP'HARMONIE !

En clôture du Festival Chants et Musiques en Weppes ce samedi 5 novembre, Wepp'Harmonie a interprété une dizaine de morceaux célèbres tels que "Danse avec les loups", "le Seigneur des Anneaux", "Imagine"... et profité de ce concert pour fêter son 150 ème anniversaire.
Comme le rappelait son président Christian Acquart, l'Harmonie est née en 1866 sous la municipalité de Pierre François Desbonnets. On en retrouve trace dans un document officiel du 21 février 1921 :
" Dans le but de développer l'art musical, il est formé à Fournes sous les auspices de l'administration municipale, avec les éléments de deux anciennes sociétés : la Fanfare Républicaine et la Fanfare Libre, une seule société qui prendra le nom de Fanfare Communale de Fournes". Le maire était alors Mr le Comte d'Hespel.
Le nom a été modifié en "Wepp'Harmonie" le 19 février 2014.

Ce concert a été également l'occasion de fêter les 30 ans de présidence de Christian Acquart !

  Wepp Harmonie 4 jpg  Wepp harmonie 3 Wepp harmonie 2

 

 

le jour

CONFERENCE SANTE

Salle comble en mairie ce vendredi 4 novembre !
Le thème de la conférence par le Dr Pascaline Cassagnaud, praticien au CHRU de Lille, était la mémoire, son fonctionnement et ses pathologies.
Elle a expliqué les différentes mémoires : sémantique, procédurale et épisodique et évoqué les signes de perte de mémoire et leurs évaluations.

Sont ensuite intervenues les personnes représentant les différentes possibilités d'accompagnement à domicile des personnes atteintes de troubles cognitifs ( à l'origine des difficultés au quotidien) :
- Le CLIC qui propose la mise en place d'aides à domicile. Il faut savoir que le Département accorde des aides financières (APA) dont les montants sont calculés en fonction des revenus.
- La Maison des Aidants (Plateforme d'accompagnement et de répit des aidants familiaux) qui propose les outils suivants : formation, information, soutien psychologique ( entretiens individuels, groupes de paroles), remplacement de l'aidant à domicile de façon ponctuelle, quelques heures par jour, une nuit... pour un faible coût, sortie au restaurant 1 fois par mois suivie d'une sortie musée...A noter que la mairie accueille dans ses annexes, la Maison des Aidants, tous les 1ers vendredis de chaque mois.
- L'ADMR, localisée à Fournes, qui assure les aides à domicile.
- apa Services, association privée située à Fromelles, qui propose les mêmes services que l'ADMR.

 P1010366 ConvertImage  P1010367 ConvertImage

P1010363 ConvertImage

 

A QUOI CA SERT UN LIVRE ?

Les "Belles Sorties" proposées par la MEL chaque année ont permis aux enfants de notre commune de participer à un très joli spectacle autour du livre ce
Mercredi 26 Octobre 2016.
 
P1010324 ConvertImage    P1010321 ConvertImage   P1010326 ConvertImage

CONCERT NORTH GOSPEL QUARTET

Le groupe renommé de 4 chanteurs a capella a interprété une quinzaine de succès tant traditionnels que modernes (gospel et jazz) dasn une ambiance bon enfant et en sollicitant la participation du public.
Excellente après - midi ce dimanche 23 octobre !

P1080888 ConvertImage

CONCERT D'AUTOMNE

Tous au concert de Wepp'Harmonie le samedi 5 novembre, salle Octave d'hespel à 19h30 !

 Wepp Harmonie ConvertImage 1

Bons Baisers de Broadway

Bons Baisers de Broadway ce dimanche 16 octobre. 
Nous avons assisté à une superbe comédie musicale. Très belle prestation. Le public était sous le charme.
 
bonsbaisersdebroadway FrdricIovino2 ConvertImage 1 bonsbaisersdebroadway FrdricIovino7 ConvertImage bonsbaisersdebroadway FrdricIovino3 ConvertImage   
 
 bonsbaisersdebroadway FrdricIovino6 ConvertImage

Gospel le 23 octobre

Concert Gospel salle Octave d'Hespel

affiche north gospel quartet ConvertImage

Après midi sortie Aînés le jeudi 29-9-2016

Plus d'une trentaine d'aînés ont visité le musée des Beaux Arts et le musée d'Histoire Naturelle ce jeudi 29/9.
Après midi enrichissante! découverte et redécouverte de lieux prestigieux.

DSC02951 ConvertImage DSCF3959 ConvertImageDSCF3960 ConvertImage DSCF3965 ConvertImageDSCF3936 ConvertImage 

 

 

Ducasse 2016 : maquillage, ballons, jeux anciens et manèges

A l'occasion de la ducasse 2016, les Fournois ont pu profiter de séances de maquillage et de sculptures de ballonspour enfant et des jeux anciens pour tous. Et bien sûr, les traditionnels manèges !

P1080769 P1080770 P1080778  

 

 

 

Maisons fleuries

Ce dimanche 18 septembre, Guillaume Wgeux, adjoint Urbanisme, Environnement et Sécurité a récompensé les participants au concours des maisons fleuries.

P1080752

Apéritif concert

Les musiciens de Wepp'Harmonie ont diverti les Fournois présents à l'Espace Raoult à l'occasion du traditionnel concert apéritif.P1080741P1080755

Accueil des nouveaux Fournois

Ce dimanche 18/9, l'inauguration de l'Espace Raoult a été l'occasion d'accueillir les nouveaux Fournois. Ces derniers ont reçu une rose des membres du P1080712conseil municipal.P1080707

Inauguration Espace Raoult

Monsieur le maire Daniel Herbaut accompagné de Cécilia Choteau, adjointe Associations,Ecoles, Jeunesse et sport a inauguré ce dimanche 18/9 l'Espace Raoult,  ancienne école primaire, désormais dédiée aux associations après de gros travaux de rénovation.

P1080716

Cours de cuisine pour les aînés

Dans le cadre des activités proposées, des cours de cuisine ont été plébiscités par les aînés. le 1er cours s'est déroulé le jeudi 28 juillet dernier dans les locaux du Match, avec por thème "une assiette gourmande".

20160728 151951

 

 

VOYAGE DES AINES - 10 JUIN 2016

fleche mars La route du lin

P2 ConvertImage

Fête de la musique

MERCREDI 22 JUIN 2016, SALLE OCTAVE D'HESPEL :

18H30 : fête de la musique 

... lire la suite

Résultats élections régionales - 1er tour

Tableaurcapitulatiflectionsrgionales

IMPOTS LOCAUX

GALETTE DES ROIS AU CLUB DES AINES

C'est avec un peu de retard que les aînés ont partagé la galette des rois le lundi 28 janvier. 

Galette des aînés

VOYAGE DES AINES A COMPIEGNE ET ENVIRONS

Cette année, Régine Mahieu et sa Commission ont embarqué les seniors à Compiègne et ses environs. Plus de 70 personnes ont ainsi visité le musée de l’automobile de Compiègne et son palais impérial.
En route pour Pierrefonds, pour un repas « sous la tonnelle ». Après ce repas convivial bien apprécié, le périple les a amenés jusqu’au musée des bateliers suivie d’une balade d’1h30 en péniche, balade sur l’Oise commentée par d’anciens mariniers.

voyage Compiègne 1 Voyage Compiègne 2 

Voyage Compiègne 3 Voyage Compiègne 4

Voyage Compiègne 5 Voyage Compiègne 6